Malgré le confinement, Lyon placée en vigilance pollution aux particules fines

QUALITE DE L'AIR Depuis dimanche, de fortes concentrations de particules fines sont observées dans le couloir rhodanien. La situation ne va pas s’améliorer ce lundi

Elisa Frisullo

— 

Lyon et sa pellicule de pollution. (illustration)
Lyon et sa pellicule de pollution. (illustration) — KONRAD K./SIPA

Malgré les restrictions de circulation en vigueur depuis le début du confinement, la qualité de l’air est médiocre dans le couloir rhodanien. Depuis dimanche, la vigilance jaune est en effet activée pour la région lyonnaise, le nord Isère et la vallée du Rhône, selon Atmo Auvergne Rhône-Alpes.

La forte concentration de particules fines relevée dans l’air s’explique par la chute des températures observées ce week-end et l’ensoleillement constaté. « Les concentrations de particules augmentent de façon plus conséquente sur le couloir rhodanien, en lien notamment avec la mise en place de conditions météorologiques stables, propices à l’accumulation des polluants. Et une forte baisse des températures dans la nuit, entraînant une hausse des émissions due au chauffage », précise l’observatoire.

Avec la reprise des activités ce lundi, la situation pourrait empirer dans le courant de la journée, selon Atmo. « Un dépassement du seuil d’information est à craindre pour la journée sur les zones du bassin lyonnais, le nord Isère et de la vallée du Rhône ».

Les concentrations de particules fines, liées pour rappel aux chauffages à bois défectueux, à l’activité industrielle et au trafic automobile, devraient néanmoins diminuer dès mardi. Mais pas suffisamment, selon l’observatoire régional, pour sortir du dispositif d’informations et de recommandations préfectoral.