Karabakh : Plusieurs centaines de membres de la communauté arménienne manifestent à Lyon

GUERRE Ils se sont rassemblés à Lyon pour dire « stop » à la guerre dans le Caucase

20 Minutes avec AFP

— 

Une manifestation pro-arménienne a eu lieu vendredi à Lyon.
Une manifestation pro-arménienne a eu lieu vendredi à Lyon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Sur fond d’escalade des combats entre Azerbaïdjanais et Arméniens dans l’enclave du Nagorny-Karabakh, des centaines de membres de la communauté d’origine arménienne se sont rassemblés à Lyon pour dire « stop » à la guerre dans le Caucase et dénoncer le rôle de la Turquie. « Nous sommes réunis pour dire à la France que l’agression de l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh [Haut-Karabakh] relève d’une volonté délibérée et machiavélique de l’expansionnisme turc », a dénoncé à la tribune Jeanine Paloulian, coprésidente du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), aux côté de plusieurs élus de la région lyonnaise réunis sous une pluie battante devant la préfecture.

Le Nagorny-Karabakh, en majorité peuplé d’Arméniens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan, entraînant une guerre au début des années 1990, qui avait fait 30.000 morts. Le front, quasi gelé depuis, malgré des heurts réguliers notamment en 2016, connaît une recrudescence de combats depuis l’été. Aux yeux de la communauté arménienne, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui soutient ouvertement l’Azerbaïdjan dans le conflit, et son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliyev sont les principaux responsables de l’escalade du conflit.

« Aliyev dictateur ! »

Sous les parapluies, de nombreux drapeaux rouge, bleu et jaune du Haut-Karabakh ont été brandis, de même que des pancartes et banderoles sur lesquelles était écrit : « Libérez l’Artsakh ! », « Aliyev dictateur ! », « Paix en Artsakh ! », « Stop Azerbaïdjan criminel », « Vive la république d’Artsakh libre ! ». Plusieurs manifestations ont été organisées cette semaine en France à l’appel du CCAF, notamment à Valence et Marseille, où résident d’importantes communautés d’origine arménienne.

Les combats au Nagorny-Karabakh se sont brusquement intensifiés cette semaine avec des frappes sur la capitale de la région séparatiste, malgré plusieurs appels au cessez-le-feu. Selon des bilans officiels, probablement très partiels, les combats qui ont éclaté dimanche ont fait 190 morts : 158 soldats séparatistes, 13 civils arméniens et 19 civils azerbaïdjanais.

Mais le bilan pourrait être bien plus lourd, l’Arménie affirmant que 1.280 soldats azerbaïdjanais sont morts, quand Bakou dit avoir tué 2.300 militaires adverses. Vendredi, le président Emmanuel Macron s’est entretenu avec le Premier Ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaidjanais Ilham Aliev, qu’il a de nouveau appelés à déclarer un cessez-le-feu au Nagorny Karabakh, a indiqué l’Elysée.