Coronavirus à Lyon : Les hospitalisations et les admissions en réanimation n’ont pas progressé en une semaine

VIRUS Selon les Hospices civils de Lyon, les indicateurs de suivi de l’activité épidémique n’ont quasiment pas évolué ces quinze derniers jours

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration du service des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon
Lyon, le 6 juillet 2015. Illustration du service des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Après trois semaines de hausse laissant craindre un rebond épidémique, les signes d’alerte se sont stabilisés dans la métropole. Selon le point hebdomadaire de suivi du coronavirus présenté ce mardi par les Hospices civils de Lyon, les indicateurs de l’activité épidémique n’ont guère évolué depuis le 22 septembre dernier, date à laquelle le CHU de Lyon​ avait activé son plan blanc.

Ce 29 septembre, 181 patients Covid + sont hospitalisés au HCL, soit exactement le même nombre qu’il y a une semaine. En réanimation, 40 malades atteints du coronavirus sont comptabilisés, soit un de plus que le 22 septembre. Les autres indicateurs de suivi sont également stabilisés, voire en baisse, avec une diminution du nombre d’appels reçus la semaine dernière au Samu en lien avec le virus et une très légère hausse du nombre de passages aux urgences adultes.

Pas de déprogrammation d’interventions ni transfert de patients

Selon les données des HCL, le taux de positivité au virus enregistré la semaine passée évolue peu. Sur les 7.709 personnes testées entre les 21 et 27 septembre (population et professionnels des HCL), 6.5 % ont été diagnostiquées positives au Covid. Un taux similaire à celui observé mi-septembre par les autorités sanitaires.

Une évolution rassurante qui exclut, pour l’heure, toute déprogrammation d’interventions chirurgicales non urgentes dans les hôpitaux lyonnais, comme cela avait été le cas, dès la mi-mars, lors de la vague épidémique. « Ce n’est pas envisagé », confirme l’Agence régionale de santé à 20 Minutes. Dans ces conditions, les transferts de patients lyonnais vers des hôpitaux d’Ile de France, évoqués ce week-end par le Journal du Dimanche, en citant « une source gouvernementale, ne « sont pas non plus d’actualité », selon les Hospices civils de Lyon et l’ARS.