L'opposition au TOP refait surface

— 

On le croyait enterré. Mais le projet de Tronçon ouest du périphérique (TOP), dont les esquisses remontent à 1955, vient d'être remis sur les rails avec la création en septembre d'une commission mixte réunissant le conseil général du Rhône et le Grand Lyon. Et les opposants à cette autoroute à péage, qui passera par Tassin, Francheville, Chaponost, Oullins et Pierre Bénite, se réveillent. Ils organisent le 14 janvier une première réunion publique à Chaponost. « Tout le monde a cru que le projet était abandonné. Nous devons à nouveau mobiliser les habitants face au TOP qui va traverser des zones très urbanisées », explique Claude Mouchikhine, président de la Fédération antiprojet périphérique ouest (Fappo) et porte-parole d'une coordination d'associations. « Le TOP coûtera au moins 2 milliards d'euros aux collectivités alors qu'on ignore l'avenir de l'automobile. C'est un projet d'une autre génération », estime Jean-Charles Koolhas, élu des Verts. ■ F. C.