Les fruits et légumes se garent à Corbas

Cécilia Pandolfi

— 

Ils sont à l'ouvrage depuis 4 h ce matin. Après plus de quinze ans d'attente, les grossistes ont déserté les allées vétustes du marché gare de Perrache (2e) pour inaugurer aujourd'hui le nouveau marché de gros construit à Corbas, au sud-est de l'agglomération. Ce déménagement était devenu indispensable, car le site de Perrache, construit en 1961, « ne permettait plus de respecter la chaîne du froid », indique Éric Peloux, vice-président de l'Association syndicale libre (ASL) du marché de gros.

A Corbas, dix-huit grossistes en fruits et légumes évoluent désormais dans deux bâtiments neufs, de 300 m de long chacun. Ces anciens locataires du marché d'intérêt national de Perrache sont aujourd'hui propriétaires de leurs espaces de vente. Regroupés dans une structure privée - une première en France -, ces derniers ont investi 40 millions d'euros pour travailler sur ce pôle qui compte également 70 producteurs et emploie 450 personnes. « Il reste 10 % du site à vendre », précise le président de l'ASL, Christian Berthe.

Chaque matin, du lundi au vendredi, c'est dans ces immenses salles climatisées à 12° qu'a désormais lieu ce marché « de gré à gré », où les prix ne sont pas affichés mais négociés entre professionnels, qui ont seuls accès aux étals. Les clients sont les revendeurs sur les marchés, les fournisseurs des collectivités et les centrales d'achat qui approvisionnent les grandes surfaces. Pour celles-ci, « il faut du volume », ajoute Éric Peloux, qui, comme les autres grossistes, compte profiter de ce déménagement pour « élargir ses gammes de produits et en soigner la qualité ».

L'autre point fort du site, sa proximité avec la rocade est, inquiète toutefois certains riverains. Le trafic sur cet axe déjà emprunté par 80 000 véhicules par jour pourrait en effet s'intensifier. « Au lieu de tout faire transiter par la sortie 13, il faut prévoir d'autres aménagements », s'alarme Jean-Claude Girault, président de l'association Autrement pour les aménagements des contournements de l'habitat de l'est. Le marché de gros voit passer 300 000 t de marchandises par an, soit 1 200 par jour.