La manif des lycéens met le feu

Marie Druart - ©2008 20 minutes

— 

Une voiture brûlée, deux autres renversées, les vitres d'un arrêt de tram brisées, des poubelles en feu, des jets de pierre, 38 personnes interpellées, cinq policiers et plusieurs lycéens blessés. La manifestation contre la réforme du ministre de l'Education, Xavier Darcos, qui a rassemblé environ six mille lycéens hier à Lyon, a dégénéré. Tout autour de la place Jean-Macé (7e) et sur une bonne partie de l'avenue Berthelot, des affrontements ont éclaté, au terme du défilé, entre les forces de l'ordre et 150 jeunes munis de briquets et de pierres. Les policiers ont mis près d'une heure et demie à maîtriser ces « casseurs », à grands renforts de gaz lacrymogène et en faisant usage de leurs flash-balls.

Dès le début de la manifestation, partie au pas de charge de la place des Terreaux (1er) peu avant 11 h, des feux de poubelle et des pétards annonçaient clairement l'intention de quelques groupes de « tout casser ». Vers 8 h, les pompiers étaient déjà intervenus pour un feu de poubelle au lycée Jean-Baptiste-de-la-Salle (1er). Lors des débordements de la place Jean-Macé, les lycéens ont appelé à la dispersion. « Il y a énormément de monde, c'est réussi, mais il faut toujours que certains en profitent pour faire les cons », condamne Laurie, du lycée Condorcet à Saint-Priest. Les lycéens étaient donc au rendez-vous fixé par la FIDL et de l'UNL 69, bien que Xavier Darcos ait annoncé lundi dernier que sa réforme serait reportée d'un an. « Nous ne sommes pas contre une réforme de l'école, mais contre cette réforme-là. Déplacer le problème ne le réglera pas », explique Hedi, 18 ans, du lycée Albert-Camus.