Ain : Une enquête ouverte après deux plaintes de femmes gendarmes pour harcèlement sexuel

JUSTICE Une enquête « de commandement » interne à la gendarmerie sera également effectuée

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une femme gendarme.
Illustration d'une femme gendarme. — MARIO FOURMY/SIPA

« La lumière est en train d’être faite », a salué la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa. Après le dépôt de deux plaintes par des femmes gendarmes d’une brigade de l’Ain pour des faits de harcèlement sexuel, le parquet de Bourg-en-Bresse a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Comme c’est l’usage, une enquête « de commandement » (interne à la gendarmerie), sera également effectuée, a confirmé mercredi le parquet à l’AFP. L’enquête « vient d’être ordonnée par le parquet », a ajouté ce dernier pour expliquer ne pas pouvoir communiquer d’autres éléments à ce stade.

« Ne rien laisser passer »

Les investigations « devraient permettre de déterminer si les faits sont avérés ». « Les femmes engagées dans les forces de l’ordre doivent pouvoir exercer leur mission sans ce harcèlement sexuel inadmissible ! J’en suis garante », a réagi dans un tweet la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa.

« La gendarmerie de l’Ain a pris ses responsabilités, la lumière est en train d’être faite #NeRienLaisserPasser », a ajouté l’ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Les femmes représentent aujourd’hui environ 20 % des effectifs de la gendarmerie​ où elles n’étaient pas acceptées avant les années 1970. Jusqu’en 1982, elles faisaient uniquement partie du personnel administratif.