Coronavirus à Lyon : De nouvelles pistes cyclables aménagées dans la métropole pour le déconfinement

DECONFINEMENT La Métropole de Lyon a présenté ce lundi les nouveaux aménagements qui vont être installés pour favoriser la pratique du vélo et de la marche en vue du déconfinement

Elisa Frisullo

— 

Illustration de cyclistes à vélo sur les berges du Rhône à Lyon
Illustration de cyclistes à vélo sur les berges du Rhône à Lyon —
  • La Métropole de Lyon a présenté lundi les nouveaux aménagements qui vont être installés pour favoriser la pratique du vélo et de la marche lors du déconfinement.
  • L’objectif est de proposer une alternative aux TCL à ceux qui souhaitent éviter les transports en commun et d’éviter un retour en force de la voiture individuelle.
  • Des pistes cyclables temporaires sont en cours de création. Des zones 30 et secteurs piétons devraient être créés dans plusieurs communes pour favoriser la marche dans le respect des règles de distanciation.

Certains aménagements sont déjà visibles dans l’agglomération. En vue du déconfinement et de la reprise de déplacements plus habituels des habitants, la métropole de Lyon a détaillé lundi après-midi les mesures «transitoires» imaginées pour favoriser la pratique du vélo et de la marche dès le déconfinement et dans les prochains mois. « Selon différents sondages et enquêtes qui ont été réalisés auprès des usagers habituels des TCL, un tiers indiquent qu’ils utiliseront les transports en commun à partir du 11 mai. Ce qui signifie que 70 % ne les utiliseront pas », a souligné le président de la métropole David Kimelfeld.

La crainte d’un retour en force de la voiture individuelle dans les centres-villes a donc incité les autorités locales à imaginer, en lien avec le Sytral (organisateur des TCL) et sous la houlette de la métropole, un plan d’action en faveur des modes doux.

Les couloirs de bus ouverts aux vélos

D’ici au mois de septembre, 77 nouvelles pistes cyclables seront aménagées, de manière provisoire, pour compléter les 1.000 km de pistes existants sur le territoire. Douze kilomètres doivent être achevés pour le 11 mai, 33 km supplémentaires pour début juin, puis une dizaine encore début juillet et une vingtaine pour la rentrée. Parmi ces aménagements, la métropole a prévu de nouveaux corridors destinés à faciliter les trajets sécurisés d’un point A à un point B, en créant au sol des zones réservées aux cyclistes.

C’est le cas depuis ce lundi matin sur le pont de la Gullotière et le début du cours Gambetta, où des bandes jaunes signalent les zones réservées aux deux-roues. Les voies de circulation des vélos vont aussi être réduites avenue Jean-Jaurès (7e), sur le boulevard du 11 novembre à Villeurbanne ou encore quai Charles-de-Gaulle, dans le 6e arrondissement. Pour favoriser l’usage des deux-roues, la majorité des couloirs de bus (contre la moitié aujourd’hui) va également être ouverte aux cyclistes et 3.000 arceaux vont être installés dans la rue pour le stationnement des vélos.

« Il nous faut traiter aujourd’hui les mobilités de manière différente », a répété David Kimelfeld, soulignant que certains de ces aménagements pourront être conservés au-delà de la crise sanitaire, s’ils apparaissent indispensables et adaptés. Une réponse aux associations de promotion du vélo qui réclamaient depuis des mois, dans la perspective des élections municipales et métropolitaines, un plan d’action beaucoup plus ambitieux en faveur des deux-roues.

Zone 30 et piétonnes

Au-delà des pistes cyclables, des travaux ou aménagements devraient être engagés en de multiples points de la métropole pour favoriser et sécuriser la marche. Aux abords de commerces générant des files d’attente sur des espaces exigus, les trottoirs devraient être élargis, afin de permettre à chacun de respecter la distanciation sociale. Vers les écoles et les collèges, où des familles et élèves pourraient être amenés à se masser, le stationnement pourrait être interdit ou des zones 30 créées.

Des rues ou secteurs devraient également être piétonnisés, a ajouté ce lundi Jean-Luc Da Passano, vice-président chargé des déplacements et de la voirie à la métropole. Pour permettre aux communes de signaler les zones à aménager rapidement en faveur des piétons, la métropole a activé une cellule d’urgence pour répondre, dans un délai de dix jours, aux villes souhaitant effectuer des aménagements.