Expulsion à retardement pour les Roms de Surville

© 20 minutes

— 

La cour d’appel de Lyon a examiné, hier, une demande d’expulsion des Roms qui occupent depuis plusieurs mois une friche industrielle, rue Surville (7e). Le propriétaire veut récupérer son terrain afin de le revendre et estime à plusieurs millions d’euros le préjudice de cette occupation. En première instance, le tribunal des référés avait accordé un délai de huit mois à ces 500 demandeurs d’asile venus d’ex-Yougoslavie et de Roumanie. Leur avocate a demandé, hier, la confirmation de ce délai, nécessaire à la mise en place de solutions de relogement. « Ce n’est pas un délai pour rester, mais pour partir », a-t-elle dit. La décision a été mise en délibéré au 30 mars.

en chiffres 343 dossiers de demande d’asile ont été enregistrés en Rhône-Alpes en janvier 2004. En février, le dispositif d’accueil spécialisé du Rhône hébergeait 2 240 demandeurs d’asile, dont 710 à l’hôtel (source : Forum réfugiés).