Lyon : La ville polluée aux poussières venues des zones désertiques d'Afrique

POLLUTION Depuis mardi, un pic de pollution aux poussières désertiques est observé dans la région lyonnaise. Un phénomène pas si rare que ça

Elisa Frisullo
— 
Lors d'un épisode de pollution à Lyon.
Lors d'un épisode de pollution à Lyon. — K.Konrad / Sipa

Des poussières venues d’Afrique et charriées par le vent à haute altitude. Depuis mardi, Lyon est polluée par des poussières désertiques, selon Atmo Rhône-Alpes, qui a observé un pic de ces concentrations de particules la nuit dernière sur l’ensemble de la région, avec des taux élevés relevés dans le Cantal et les bassins lyonnais, stéphanois et genevois.

Ces poussières, encore présentes en quantité ce mercredi devraient diminuer dans les prochaines heures et jeudi, selon l’observatoire de surveillance de la qualité de l’air qui rappelle que cet épisode « est loin d’être le premier ».

Un impact sur la santé limité

L’arrivée de particules des zones désertiques d’Afrique s’explique par la formation de dépressions qui entraînent des vents violents mettant en suspension des grains de sable. « Ceux-ci pulvérisent les argiles en percutant les sols, ce qui remet de grandes quantités de particules en suspension », décrit Atmo. Ces poussières de sable ne sont en général pas visibles puisqu’elles sont véhiculées à haute altitude.

Leur impact sur la santé est plus limité que d’autres polluants. « Du fait de leur diamètre important, ces particules ont moins de facilité à pénétrer dans les organismes que les poussières plus petites issues de phénomènes de combustion (chauffage au bois ou émissions automobiles) », ajoute l’observatoire régional.