Lyon : Les Vélo'V électriques débarquent au mois de février

DEPLACEMENT A la fin de l'année 2020, la métropole comptera 2.500 vélos électriques en libre service

Caroline Girardon

— 

Les vélos en libre-service électriques vont arriver le 18 février à Lyon.
Les vélos en libre-service électriques vont arriver le 18 février à Lyon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Les premiers Vélo'V électriques arriveront à compter du 18 février 2020 dans l'agglomération.
  • 2.500 seront déployés sur l'ensemble du territoire à la fin de l'année prochaine.
  • Les utlisateurs devront payer 7 euros par mois pour utiliser les modèles électriques. 

Les premiers vélos en libre-service électriques débarqueront au mois de février dans l’agglomération lyonnaise. Ils seront progressivement déployés à compter du 18. Une petite révolution afin d’inciter les utilisateurs à pédaler davantage plutôt que de prendre leurs voitures.

4.000 vélos sont actuellement disponibles dans 21 communes de la métropole. Ils seront un millier de plus d’ici la fin de l’année 2020. « Sur les 5.000 vélos qui seront répartis dans toute l’agglomération, la moitié sera à assistance électrique », dévoile la métropole, dont l’objectif est de multiplier par quatre la pratique du vélo sur ses terres dans les dix années à venir.

Des petites batteries portatives à louer

Pour autant, les abonnés Vélo’V ou les futurs utilisateurs auront le choix : ils pourront commencer à pédaler à la force des mollets, puis passer en mode électrique à mi-parcours par exemple. Car les modèles lyonnais auront cette double particularité, contrairement aux Vélib parisiens, qui sont totalement électrifiés et qui ne peuvent se recharger que sur une borne.

Il suffira aux utilisateurs d’apposer une batterie électrique portative de la taille d’un grand smartphone sur le panier du vélo pour le transformer en « E-Vélo’V ». Le moteur, installé sur la roue avant, et des capteurs supplémentaires permettront ensuite au système de fonctionner.

« L’usager pourra toutefois pédaler sans déclencher le mode électrique. Il aura le choix », précise-t-on du côté de la métropole. Et d’ajouter : « Les batteries se loueront 7 euros par mois. Elles seront individuelles. Quand un utilisateur laisse son vélo, il récupère ensuite sa batterie ». Ce nouveau service n’induit aucune modification des tarifs en vigueur, stables depuis juin 2018.

Le système a été pensé pour les habitants les plus éloignés ou ceux qui résident sur les collines, comme celles de la Croix-Rousse ou de Fourvière à Lyon. « On pense que c’est une bonne façon de les inciter à se déplacer à vélo sans avoir à transpirer et que cela peut accélérer l’utilisation des bicyclettes », indique-t-on encore à la métropole.

Plus d’abris sécurisés pour les vélos

Pour atteindre ses objectifs et quadrupler le nombre d’adeptes de la petite reine, la métropole a adopté lundi l’emplacement de nouveaux abris sécurisés, notamment sur les communes de Caluire, Saint-Priest, Villeurbanne ou encore Vénissieux. 230 places supplémentaires doivent être réalisées sur sept arrêts du réseau TCL.

Enfin, le coût d’équipements des E-Vélo’V représente une dépense forfaitaire annuelle de 1,2 million d’euros pour la métropole, qui a finalement renoncé à les faire financer par l’affichage de panneaux publicitaires numériques (en partenariat avec JC Decaux), comme cela avait été évoqué. « C’est une somme importante mais c’est un choix politique fort et assumé », glisse-t-on dans l’entourage de David Kimelfeld, président de la métropole, candidat à sa propre succession lors des prochaines élections de mars.