Pont effondré à Mirepoix-sur-Tarn : A Lyon, trois ponts sont sous surveillance renforcée

INFRASTRUCTURES Au lendemain de l’effondrement d’un pont au nord de Toulouse, qui a fait deux morts et cinq blessés, la métropole de Lyon a indiqué ce mardi que 186 ouvrages du territoire sont considérés comme « complexes »

Elisa Frisullo

— 

Le pont de Vernaison.
Le pont de Vernaison. — Google street view

Sur les 735 ponts, passerelles ou trémies dont elle a la responsabilité, la métropole​ de Lyon en considère 186 comme « complexes », c’est-à-dire nécessitant une attention particulière. Ce mardi, au lendemain de l’effondrement du pont suspendu de Mirepoix-sur-Tarn, qui a fait deux morts et cinq blessés au nord de Toulouse, la collectivité a présenté les missions menées toute l’année pour assurer la surveillance et la maintenance des ouvrages.

Dans la liste des ponts complexes, trois ouvrages font l’objet d’une surveillance accrue : le pont de l’Ile Barbe, dans le 9e arrondissement, le pont Bonaparte et le pont suspendu de Vernaison. « Il s’agit d’ouvrages dont l’état de santé s’est dégradé très fortement et pour lesquels une évolution rapide est possible », précise la métropole.

Des capteurs pour surveiller le pont de Vernaison

Lors des périodes de froid, des visites quotidiennes sont ainsi assurées par des bureaux d’études spécialisés sur le pont de l’Ile Barbe et une visite annuelle sur le pont Bonaparte. Sur le pont de Vernaison, des capteurs ont été installés sur les parties les plus fragiles de l’ouvrage pour assurer une surveillance permanente. « Cela permet une alerte immédiate en cas de problème et la mise en place d’actions adaptées », soulignent les services de David Kimelfeld. La métropole a investi plus de 400.000 euros dans l’installation de ces capteurs.

En 2020, la collectivité devrait mener des « travaux conservatoires » sur les ouvrages de Vernaison et de l’île Barbe « avant les travaux de très gros investissements prévus au cours du prochain mandat ».