La vidéo d'une élue LR portant secours à un homme en train de se noyer n'est pas une mise en scène

FAKE OFF Une vidéo publiée samedi montre Myriam Fogel-Jedidi, tête de liste Les Républicains aux élections municipales à Lyon, aller aider un homme en train de se noyer dans le Rhône.

M.Fo.

— 

La vidéo de Myriam Fogel-Jedidi, tête de liste Les Républicains à Lyon, allant aider un homme en train de se noyer, est soupçonnée d'être une mise en scène.
La vidéo de Myriam Fogel-Jedidi, tête de liste Les Républicains à Lyon, allant aider un homme en train de se noyer, est soupçonnée d'être une mise en scène. — Objectif Lyon, parti LR d'Etienne Blanc
  • La vidéo dans laquelle l’élue s’élance a été filmée par des militants. Après sa publication, de nombreux internautes ont pensé à une mise en scène du parti à quelque mois des municipales.
  • 20 Minutes a contacté Myriam Fogel-Jedidi ainsi que les pompiers afin d’éclaircir certains points de l’histoire.
  • Quelles que soient les intentions derrière la publication de cette vidéo, un homme était bien en train de se noyer et la membre du parti LR a tenté de le sauver.

EDIT : Une coquille s'est glissée dans cet article. Elle concerne le niveau de judo de madame Myriam Fogel-Jedidi qui nous a assuré être championne de la discipline, mais pas 9e dan.  

Samedi 16 novembre, plusieurs médias diffusent une vidéo qui leur a été envoyée par l’équipe d’Etienne Blanc, candidat Les Républicains à la mairie de Lyon. Dans celle-ci on peut voir sa tête de liste, Myriam Fogel-Jedidi, porter secours à un homme tombé dans le Rhône. Sur les images, l’homme de dos avec une capuche, bouge à peine et est accroché à un câble de bateau à quai. Toute de noire vêtue et en talons hauts, l’élue s’élance à bout de bras sur une corde pour rejoindre le bateau, puis enjambe une passerelle afin de récupérer une corde et la lancer à l’individu.

A seulement quelques mois  des élections municipales, de nombreux internautes ont crié à la mise en scène et souligné plusieurs éléments mettant en cause la crédibilité de la scène. S’il est vrai que l’action tombe plutôt bien dans le cadre d’une campagne électorale et qu’à première vue, la vidéo a des allures d’épreuve de Fort Boyard, 20 Minutes a pu vérifier, notamment auprès de l’élue et des pompiers qu’il ne s’agissait pas d’un coup de communication prémédité. Explication point par point.

Pas là par hasard

« Comme par hasard… Des militants passent par là et filment… », lance un internaute sur Twitter. Il se trouve que ce samedi matin là, les équipes d’Etienne Blanc ne se trouvent justement pas par hasard au quai Victor-Augagneur, dans le 3e arrondissement de Lyon. Ils y sont pour une opération de ramassage des déchets dans le cadre de l’opération 24h à la rencontre des Lyonnais. Il est 8h15 quand il découvre l’homme. « Etienne Blanc a été la première personne à intervenir, raconte à 20 Minutes Myriam Fogel-Jedidi. Il est monté sur le ponton d’une péniche pour récupérer une corde et a appelé de façon ferme de l’aide. J’ai alors accouru et vu l’homme dans l’eau ».

« Genre la personne la plus adéquate pour aider une personne dans l’eau, c’est une meuf en botte », commente un internaute sous la vidéo. L’élue explique qu’Etienne Blanc et Pascal Blache se trouvaient bien là, mais tenaient déjà « la longue corde extrêmement lourde ». Rapidement, elle décide donc d’intervenir.

Gymnaste et championne de judo

Dans le cadre à gauche, on distingue clairement une passerelle reliant le quai et le bateau auquel l’homme est accroché. Pourtant l’élue emprunte la corde à droite. Une façon de rendre la scène théâtrale et héroïque façon « Lara croft », soupçonnent certains. « Il y avait deux passerelles mais elles étaient fermées à clef par des clôtures pleines, métallisées, avec des dents, de sorte qu’il était impossible de les contourner, décrit le membre du parti LR. J’ai essayé, mais c’était impossible, elles sont faites pour que justement on n’accède pas à la péniche ». Une journaliste a posté sur Twitter une photo des fameuses barrières.

« L’homme ne bougeait pas, ne criait pas, on ne voyait pas son visage : l’urgence c’était de voir son état, poursuit Myriam Fogel-Jedidi. J’ai vu cette corde et cela m’a paru faisable. Je suis championne de judo, je fais beaucoup de sport dont de l’athlétisme et de la gymnastique. J’avais la souplesse et la capacité physique, donc je me suis lancée. Pas en cochon pendu car cela aurait été trop compliqué de me redresser, ni à califourchon parce que la corde n’était pas assez tendue. » Des raisons qui expliquent pourquoi cette dernière se déplace de biais, bras tendus avec les jambes flottantes. « Sur la vidéo, cela ne paraît pas si compliqué que ça, mais c’est très dur physiquement ».

L’homme transporté dans un état « d’urgence absolue »

Sur place l’élue récupère la corde envoyée par Etienne Blanc et Pascal Blache et tente de soulever la tête de l’homme « immergée dans l’eau ». « Il avait l’air d’être très lourd, comme un poids mort, j’avais peur de lui tomber dessus en sautant et qu’il coule, ou de ne pas réussir à le tirer. Mais j’ai vu qu’il perdait connaissance, j’allais aller à l’eau mais j’ai levé yeux et vu que les pompiers étaient arrivés. » Les vidéos ayant tourné sur les réseaux ne le montrent pas toutes mais à la fin, on peut voir un secouriste à l’eau ramener l’homme à la berge.

La fin de la vidéo tournée par le parti LR montre un secouriste venant en aide à l'homme dans le Rhône.
La fin de la vidéo tournée par le parti LR montre un secouriste venant en aide à l'homme dans le Rhône. - Objectif Lyon, parti LR d'Etienne Blanc

Malgré cela, certains crient à la fausse victime, dont on ne voit pas le visage. Contactés par 20 Minutes, les pompiers du Codis 69 ont confirmé qu’ils sont bien intervenus ce samedi matin quai Victor-Augagneur pour secourir l’homme. Ils ajoutent que ce dernier a été transporté dans un état « d’urgence absolue » à l’hôpital Edouard-Herriot. « Quand je l’ai vu partir inerte j’ai même eu peur que ça soit à cause de mon action, j’étais mal car je ne suis pas pro, je ne savais pas si j’avais bien agi. Je n’ai été rassurée que quand les pompiers m’ont félicitée », assure l’élue qui insiste sur le fait que ce sauvetage était collectif.