Lyon : La ville pleure Régis Neyret, son « Monsieur Patrimoine » et « sauveur du Vieux-Lyon »

DECES L'ancien journaliste est décédé ce samedi

C.G.

— 

Lyon, le 5 mai 2015. Des vues du Vieux-Lyon. Ici le quartier Saint-Georges.
Lyon, le 5 mai 2015. Des vues du Vieux-Lyon. Ici le quartier Saint-Georges. —

Sa gentillesse et sa courtoisie en avaient fait une figure de Lyon. Mais son combat pour préserver le patrimoine l’a fait entrer dans la légende et dans l’histoire de la ville. L’ancien journaliste  Régis Neyret est décédé ce samedi à l’âge de 92 ans.

Celui que l’on surnommait « Monsieur Patrimoine » s’est distingué dans les années 1960 pour avoir mené, aux côtés de son épouse, un long combat afin de sauver le quartier historique du Vieux-Lyon, qui était loin d’avoir la même popularité qu’aujourd’hui. A l’époque, les ruelles sombres et la vétusté des immeubles avaient achevé de convaincre Louis Pradel, le maire de Lyon, de raser une partie du secteur afin d’y faire passer une autoroute.

La décision salvatrice de Malraux

Régis Neyret avait alors ferraillé sans relâche, jusqu’à persuader la ministre de la Culture André Malraux de sauver le Vieux-Lyon en 1962 en faisant de lui le premier secteur sauvegardé de France. Ce passionné d’histoire a aussi été l’un des acteurs majeurs du classement du Vieux-Lyon au patrimoine mondial de l’Unesco en 1998.

Gérard Collomb, l’actuel maire de Lyon a tenu à faire part de sa « très vive émotion » à la suite du décès de Régis Neyret. « Avec sa disparition, Lyon perd l’un des plus ardents défenseurs de son histoire et de son identité », a-t-il déclaré. David Kimelfeld, président de la Métropole, a évoqué « sa grande tristesse ». « Si notre ville est aujourd’hui aussi belle, aussi riche sur le plan patrimonial et architectural, nous le devons notamment à des hommes comme Régis Neyret, qui ont aimé cette ville et su protéger et faire vivre ce merveilleux patrimoine » a déclaré Georges Képénékian, adjoint à la culture de la Ville de Lyon.

D’autres réactions ont fleuri sur les réseaux sociaux pour rendre hommage à celui que beaucoup qualifient de « Grand Monsieur ».

Un joyau qui a bien failli disparaître