WeWard, l'application qui vous paye pour marcher, débarque à Lyon

BON PLAN L’application WeWard, lancée il y a quelques mois à Paris, débarque dans les grandes métropoles dont Lyon, avec diverses institutions culturelles et commerces partenaires

Elisa Frisullo

— 

Illustration dans le Vieux-Lyon.
Illustration dans le Vieux-Lyon. — Caroline Girardon / 20 Minutes
  • L’application, lancée à Paris, débarque à Lyon et dans d’autres grandes métropoles.
  • Vos pas sont comptabilisés et vous font gagner des wards qui peuvent être échangés en euros, bons cadeaux ou en produits.
  • L’objectif est d’inciter le public à marcher tout en favorisant la découverte de lieux culturels et d’enseignes partenaires.

Et si chacun de vos pas quotidiens vous permettait d’être récompensés ? Après son lancement à Paris en avril, l’application gratuite WeWard débarque ou s’apprête à investir les grandes métropoles, à l’instar de Marseille, Lille, Toulouse, Nice ou Lyon, déjà présentée par la start-up comme la deuxième ville en termes d’utilisateurs.

Le principe, imaginé par la société Occi, est simple : chaque pas réalisé dans la journée est comptabilisé et donne droit à des wards, qui peuvent ensuite être échangés en euros, en chèques-cadeau, places de spectacles ou produits. Un ward équivaut à mille pas. Et la quantité de wards générée grâce aux mouvements physiques vérifiés grâce à la géolocalisation est limitée à 10.000 wards par jour, avec, à la clé pour les meilleurs marcheurs, jusqu’à 20 euros, selon OCCI, créée par quatre jeunes ingénieurs.

« L’idée nous est venue en cherchant un moyen qui pourrait nous forcer à marcher et à nous sortir de cette sédentarité dans laquelle on plonge rapidement lorsque l’on entre dans la vie active. L’application, c’est le bien-être associé à un volet culturel, divertissant », souligne Yves Benchimol, cofondateur de la start-up.

Générer du flux chez les petits commerçants

Car si l’appli rémunère chacun de vos pas en extérieur, quelle que soit votre destination ou votre lieu d’habitation, elle vous permet de gagner encore plus lorsque vous vous rendez dans des lieux culturels, des coins insolites ou chez des commerçants référencés par la société. « Notre modèle économique repose sur ces partenaires, des petits commerçants indépendants ou des grandes enseignes, qui sont intéressés par le flux de personnes qu’on peut leur amener », ajoute l’ingénieur de 28 ans.

Selon les cas, le magasin s’acquitte d’un abonnement pour figurer sur WeWard ou paye le service en fonction du flux de visiteurs glané. Un concept qui a de quoi séduire selon la société, dans un contexte marqué par la forte concurrence du e-commerce et la désertification des centres-villes.

En plein développement

A Lyon, où l’appli n’en est qu’à ses débuts, vous gagnerez 5 wards en allant vers la fontaine Bartholdi place des Terreaux, à Bellecour ou encore au passage Thiaffait. En allant dans l’un des bars ou commerces référencés sur WeWard, vous pourrez ajouter à votre cagnotte une vingtaine de wards supplémentaires. Pour l’heure, la liste des sites concernés et des partenaires est encore limitée.

« Nos objectifs sont notamment de proposer prochainement de nouvelles fonctionnalités sur l’application et de trouver de nouveaux partenaires culturels ou enseignes. Chaque utilisateur peut nous donner ses bons plans, dans la ville, ses lieux insolites, et les enseignes peuvent nous contacter si elles sont intéressées par WeWard », ajoute Yves Benchimol.

Pour financer son développement et structurer la société, Occi, montée grâce au coup de pouce financier de proches et amis des quatre ingénieurs, prévoit d’organiser une levée de fonds prochainement.