La banlieue prend ses quartiers en classe préparatoire

F. C. - ©2008 20 minutes

— 

Les bons élèves des lycées de banlieues difficiles sont désormais plus nombreux à intégrer les classes préparatoires aux grandes écoles. Dans l'académie de Lyon, ils sont passés de 62 à 86 en un an. « On a donné une impulsion nouvelle et c'est un succès », a indiqué hier le recteur, Roland Debbasch.

L'académie, avec l'aide des grandes écoles et des prépas, a mené cette année une campagne de recrutement et d'information dans 29 lycées qui a porté ses fruits. « Il fallait lutter contre l'autocensure des élèves, qui pensent que ce n'est pas pour eux, mais aussi celle des enseignants, qui estiment que leur lycée n'a pas le niveau », explique le préfet du Rhône Jacques Gérault. A sa demande, une « école d'été » a accueilli 25 bacheliers dans les locaux de l'Insa au mois d'août pour leur donner des cours de méthodologie. « Sans cette préparation, on aurait paniqué », témoigne Shayma Bounani, qui vient d'intégrer une prépa chimie. Elle est issue du lycée Condorcet de Saint-Priest, qui a doublé en un an le nombre de ses élèves admis en classe préparatoire. Le dispositif sera reconduit l'an prochain, cette fois dans une cinquantaine d'établissements.