La confession embarasse la police

Elisa Frisullo - ©2008 20 minutes

— 

« Il s'agit d'une initiative individuelle, maladroite et condamnable. » C'est par ces mots que le directeur de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Rhône, Jacques Signourel, a tenté de désamorcer la polémique, après l'envoi au conseil régional d'un mail de la police demandant des renseignements sur la religion des employés.

Le 16 septembre, la direction des ressources humaines de la région, qui a révélé l'affaire mercredi, avait reçu un courriel d'un fonctionnaire de police lui demandant d'indiquer s'il y avait parmi son personnel « des agents de confession autre que chrétienne » et « si certains d'entre eux ont demandé des aménagements d'horaires ou de service pour pratiquer leur religion ». Dès mercredi soir, sur demande du ministère de l'Intérieur, une enquête interne a été ouverte au sein de la sous-direction de l'information générale de la DDSP, où travaille le brigadier de 40 ans à l'origine de ce mail. « Il n'a jamais sollicité sa hiérarchie avant de l'envoyer, ni reçu d'instruction dans ce sens », a précisé Jacques Signourel, indiquant que ce message était peut-être la « conséquence de consignes mal comprises ».

Dans ce service, des études sont régulièrement menées « pour informer les autorités de l'Etat sur les domaines économiques, sociaux, sur ce qui concerne les menaces à l'ordre public ou l'évolution des faits de société ». « Des questions peuvent être posées, mais pas sous cette forme », a martelé le chef de la DDSP, soulignant que si l'enquête concluait à la faute, le gradé serait sanctionné.