Lyon: Un centre de déradicalisation a ouvert ses portes

TERRORISME L’ouverture de ce centre est la troisième du type en France. Un quatrième devrait voir le jour à Lille à la fin de l’année

C.R.

— 

Brochure contre la radicalisation violente (illustration)
Brochure contre la radicalisation violente (illustration) — GILE Michel/SIPA

Désengager les personnes de la radicalisation, voilà l’un des buts du centre de déradicalisation qui a été lancé en juillet à Lyon. D’après nos confrères du JDD, l’ouverture de cette structure, dans des locaux en ville et non pas dans des enceintes fermées, s’est faite en toute discrétion par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), de peur de faire face à l’opposition des riverains. C’est le troisième centre de ce genre qui ouvre ses portes en France, après celui de Paris en 2016, puis de Marseille en 2018.

Le programme de cette structure se nomme « Pairs » (programme d’accueil individualisé et de réaffiliation sociale). Son but sera de suivre certains condamnés radicalisés à leur sortie de prison. Alors qu’à l’accoutumée, le suivi se fait via un rendez-vous avec un conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation, il sera désormais plus long et étalé sur la semaine, avec une durée de trois à vingt heures hebdomadaires.

Pour ces personnes condamnées pour terrorisme ou suspectées de radicalisation, l’objectif est de s’insérer à nouveau dans la société. Pour les encadrants, il s’agit de calculer les risques que ces individus présentent, tout en tentant de comprendre les motivations qui les ont conduits à la radicalisation. Pour cela, ils rencontrent des éducateurs, des psychologues ou encore des travailleurs sociaux. À terme, le centre devrait s’occuper de 110 femmes et hommes. D’après François Toutain, chef de la Mission de lutte contre la radicalisation violente de la DAP, il n’y a eu aucune récidive chez les personnes prises en charge jusqu’à présent dans les structures ouvertes. Un nouveau centre ouvrira ses portes à la fin de l’année à Lille​, et d’autres pourraient voir le jour l’an prochain.