L'hôpital Mermoz prend son envol

Elisa Frisullo - ©2008 20 minutes

— 

L'hôpital privé Jean-Mermoz part à la conquête des patients lyonnais. Après sept années de travaux, le plus grand bloc opératoire privé de la région Rhône-Alpes, né de la fusion des trois cliniques Sainte-Anne-Lumière, Saint-Jean et Jeanne-d'Arc, a finalement accueilli ses premiers patients lundi dernier dans le 8e arrondissement et réalisé sa première intervention mercredi. Lancé en 2001, ce chantier avait été interrompu en 2003 avec la démolition de certains bâtiments, victimes de graves défauts de maçonnerie. Après une longue bataille juridique, la construction, qui aura coûté 110 millions d'euros, avait pu reprendre en 2005.

Cet hôpital de 32 400 m2, composé de 357 lits et de 21 salles d'opération, compte désormais attirer dès sa première année 25 000 patients et réaliser au quotidien près de 150 opérations. « Nous voulons rivaliser avec les meilleurs centres hospitaliers et reconquérir notre clientèle lyonnaise qui trouvait nos établissements vieillots », indique Bernard Voiseux, directeur de l'hôpital Mermoz. Pour y parvenir, l'établissement, propriété de la Générale de santé (premier groupe européen d'hôpitaux privés), souhaite développer les activités de pointe menées jusqu'alors dans les trois cliniques lyonnaises (cancérologie, imagerie et chirurgie). « Et proposer une offre de soins élargie, renchérit le directeur. Ainsi, une unité de médecine polyvalente [observation, cardiologie...] ouvrira en octobre et un service de médecine d'urgence en janvier. »