Lyon: Comment des lycéens se retrouvent à confectionner les motifs d’un tisseur drômois

CONCOURS Quinze étudiants en section « design textile » de Lyon participent au concours Textileaddict.me. Un premier pas dans le monde professionnel…

Caroline Girardon

— 

Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me
Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me — C. Girardon / 20 Minutes
  • 420 candidats ont été sélectionnés pour participer au concours Textileaddict.me.
  • Il s’agit de créer la prochaine collection du tisseur drômois Dresseurs de Table.
  • Quinze étudiants du lycée La Martinière Diderot sont engagés dans le projet.

L’idée ? Créer une collection de linge de table made in France qui sera ensuite développée par le fabricant drômois Dresseur de Tables. Une entreprise où l’on met en avant le savoir-faire traditionnel et dans laquelle les salariés utilisent des métiers Jacquard.

Un concours, baptisé TextileAddict.me a été lancé à travers l’Hexagone pour que les amateurs, les professionnels mais aussi les étudiants relèvent le défi. « Nous souhaitons particulièrement soutenir les petites structures de créateurs et fabricants français, parfois isolés les uns des autres », précisent les organisateurs.

Un concours intégré au programme scolaire

Au total, 420 candidats sont engagés dans le projet, dont 15 jeunes, scolarisés en première année de DNmade textile (Diplôme national des métiers d’art et du design mention textile) au lycée de la Martinière Diderot de Lyon. La participation à ce concours a été intégrée à leur programme scolaire. Une façon de leur mettre le pied à l’étrier. Il s’agit dans un premier temps de proposer les motifs qui viendront orner les futures serviettes, nappes ou tabliers confectionnés dans la Drôme.

Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me
Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me - C. Girardon / 20 Minutes

« Le thème choisi est le cirque. Nous avons travaillé autour de trois mots : ludique, spectaculaire et élégant », développe Margaux, 19 ans. L’étudiante a opté pour un dessin mettant en scène une pyramide humaine. Juliette, 18 ans, s’est intéressée aux clowns tandis que Sophiane, 18 ans, a travaillé sur le dressage des fauves. « Je ne pensais pas me retrouver confrontée la première année à une telle demande. De fait, c’est très stimulant, voire excitant », appuie le jeune homme, dessins à l’appui.

Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me
Quinze étudiants de la Martinière Diderot participent au concours Textileaddict.me - C. Girardon / 20 Minutes

« On ne forme pas des artistes mais des gens au service de »

« Il n’y a aucune compétition entre nous car on échange beaucoup. On se concerte, on se conseille », ajoute Margaux. Chacun concourt pourtant individuellement et défend crânement ses chances. « Nous n’avons pas beaucoup de recul mais nous avons peut-être l’avantage d’être plus créatif car pour l’instant, nous ne connaissons pas forcément tous les codes exigés par le marché. En résumé, on se fait plaisir », poursuit Juliette, consciente que le niveau est relevé.

François Mallet, l’un de leur enseignant a rapidement été séduit par l’idée de participer à ce concours, lancé par une ancienne élève de la Martinière Diderot. « On souhaite leur faire comprendre que le métier de designer textile auquel ils se destinent, n’inclut pas uniquement la recherche artistique. Il impose de respecter certaines contraintes et de suivre un cahier des charges », expose-t-il. Et d’ajouter : « On ne forme pas des artistes mais des gens au service de. »

Les motifs textiles imaginés par les étudiants doivent être déposés avant le 16 février. Le public pourra voter pour l’un d’entre eux du 18 février au 8 mars avant que les résultats ne soient publiés le 28 mars. Trois lauréats seront alors désignés.