Fadela Amara fait du buzz avec le « busing »

ECOLE Retour à Oullins pour Fadela Amara. La secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville a de nouveau rendu visite hier après-midi à l'école Jean-Macé pour faire découvrir le concept du « busing » aux maires d'Asnières et de Courcouronnes ...

Frédéric Crouzet

— 

Retour à Oullins pour Fadela Amara. La secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville a de nouveau rendu visite hier après-midi à l'école Jean-Macé pour faire découvrir le concept du «busing» aux maires d'Asnières et de Courcouronnes (banlieue parisienne). Depuis 2004, une quarantaine d'élèves de CE2, CM1 et CM2 quittent leur école du quartier difficile de la Saulaie pour suivre leur scolarité dans quatre autres établissements de la ville éloignés de leur domicile. Un bus affrété par la mairie assure leur transport. «Cette expérience m'a scotché», raconte Fadela Amara, qui s'était déjà rendue à la Saulaie en septembre dernier. «Cela permet d'organiser la mixité sociale et de casser la logique de ghetto. Et cela se ressent sur le comportement et les résultats scolaires des enfants.» La secrétaire d'Etat recherche désormais cinquante communes volontaires pour appliquer le «busing», qui sera à l'ordre du jour du conseil interministériel de la ville du 16 juin. Les frais de bus et de cantines seront financés par la Politique de la ville. Actuellement, la municipalité d'Oullins prend en charge les 16 000 euros annuels que coûte le «busing».