Lyon: Un lycéen éborgné par un tir de Flash-ball après la finale de Coupe du monde

ENQUETE Une plainte contre X a été déposée dès lundi…

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier muni d'un "flash-ball" devant le palais de justice de Reims, le 15 février 2016 (image d'illustration).
Un policier muni d'un "flash-ball" devant le palais de justice de Reims, le 15 février 2016 (image d'illustration). — FRANCOIS NASCIMBENI AFP

Les faits se sont produits après la finale de la Coupe du monde à Lyon. Un lycéen a été éborgné par un tir de lanceur de balle de défense.

Un grand rassemblement a eu lieu Place Bellecour dimanche. De nombreuses personnes sont venues regarder la finale des Bleus sur écran géant. Mais l’ambiance a rapidement dégénéré après la fin du match, les forces de l’ordre repoussant des groupes de casseurs.

Jet de bouteille

Lors de ces affrontements, le jeune garçon de 17 ans a reçu un projectile au visage, qui « semble être un tir de Flash-ball » ayant occasionné la perte de son œil gauche. L’Inspection générale de la police nationale a été saisie. Selon cette source, la victime a « admis avoir jeté au moins une bouteille sur les forces de l’ordre » et se trouvait « au milieu » de personnes faisant de même.

Mais l’avocat du lycéen, Me Thierry Monod, a déclaré à l’AFP qu’il prenait « avec beaucoup de circonspection » ces premières déclarations, faites par le jeune homme en l’absence de sa mère et de son conseil.

Toujours hospitalisé

Il évoque « un geste d’irritation » du lycéen qui aurait lancé « une cannette vide ramassée au sol », tandis que les forces de l’ordre avaient fait usage de gaz lacrymogènes « sur les gens présents, y compris les familles ».

Me Monod attend désormais d’examiner la vidéo des caméras de surveillance de la place. La victime, toujours hospitalisée, doit prochainement subir une « lourde et délicate opération chirurgicale ». Le tir a eu « de graves conséquences sur sa boîte crânienne », selon son avocat. Une plainte contre X a été déposée dès lundi.

>> A lire aussi : Eborgné par un Flash-ball à Nantes. Le rapporteur public pointe une faute de l'Etat

>> A lire aussi : Lycéen blessé par un tir de Flash-Ball à Montreuil. La peine du policier alourdie en appel

>> A lire aussi : Flash-Ball. De 10 mois à trois ans de prison avec sursis requis contre trois policiers