Lyon

Zèbres touchés par une myopathie atypique: «Il n'y a pas de contamination»

INTERVIEW – Alors que quatre des cinq zèbres du parc de la Tête d'or ont été foudroyés par une myopathie atypique, entretien avec Agnès Benamou-Smith, professeur en médecine interne des équidés...

Alors que quatre des cinq zèbres du parc de la Tête d'or ont été foudroyés par une myopathie atypique,  entretien avec Agnès Benamou-Smith, professeur en médecine interne des équidés à l'école vétérinaire de Marcy-l'Etoile.

D'où vient cette myopathie atypique?

Personne n'en connaît l'origine exacte. Selon les enquêtes épidémiologiques que nous avons menées, elle a une origine toxique qui se trouve dans l'environnement de l'animal.

Dans son alimentation?

Nous avons écarté la piste des aliments, mais il pourrait s'agir de moisissures, de champignons, algues ou mousses présentes dans les pâtures, puisque les chevaux jusqu'alors touchés étaient en pâturage.

Cette maladie peut-elle se transmettre aux autres espèces?

Il n'a pas pour cette affection de contamination d'animal à animal, ni d'animal à l'homme. D'ailleurs, à ma connaissance, les cas de myopathie n'ont été recensés que chez les équidés.