Lyon: La Tour Rose se refait une beauté pour devenir LE nouveau lieu tendance de la ville

HÔTELLERIE RESTAURATION Après plusieurs années de délaissement, la Tour Rose s’apprête à être entièrement rénovée pour accueillir un nouvel espace, dédié à la restauration et à l’hôtellerie…

Célia Demolis

— 

Lyon, le 04 Mai 2014.
La Tour Rose va faire l'objet d'un chantier de rénovation de sept mois.
Lyon, le 04 Mai 2014. La Tour Rose va faire l'objet d'un chantier de rénovation de sept mois. — Caroline Girardon / 20 Minutes
  • A partir du mois de mai, la Tour Rose sera en travaux pour sept mois afin de laisser place à de nouveaux espaces consacrés à l’hôtellerie et à la restauration.
  • Côté chambres, les gérantes de la société MiHotel vont créer une quinzaine de suites modernes afin d’accueillir une clientèle très diversifiée.
  • Côté nourriture, Ludovic et Tabata Mey, ancienne candidate de Top-Chef, vont développer un nouveau concept de restauration rapide : le « Food Traboule ».

C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre. Abandonnée depuis des mois, la Tour Rose située dans le quartier du Vieux-Lyon va se refaire une beauté d’ici quelques semaines. L'annonce avait été faite au mois de mars. Cette fois, les choses se précisent puisque le chantier de rénovation, planifié sur sept mois, débutera en mai.

Moisissures, poussières ou encore mauvaises herbes vont prochainement laisser place aux architectes pour réhabiliter cette institution lyonnaise, qui entend devenir le nouvel endroit à la mode. Une vitrine des tendances de demain.

Ludovic et Tabata Mey aux fourneaux

Le volet restauration a été confié à Tabata, ancienne candidate de Top Chef et son mari, Ludovic Mey. Le couple, qui tient Les Apothicaires (Lyon 6e), proposera un concept relativement méconnu en France : un « Food Traboule ». Un espace de restauration rapide de 800 mètres carrés sur 4 étages qui accueillera 13 restaurateurs aux cuisines très variées.

« L’idée de ce nouveau lieu remonte à plusieurs années. On s’est nourri de nos nombreux voyages à travers le monde », raconte Tabata, précisant que « le ticket moyen sera au prix de 18 euros » et que la qualité des produits sera garantie.

La partie basse de la structure sera réservée aux différents événements. « Une salle privatisable sera dédiée aux mariages, brunchs, soirées, dîners privatifs ou encore cocktails… Il y aura également un bar et un coffee-shop. Tout est imaginé́ pour proposer une expérience gourmande diversifiée, généreuse et décomplexée », assure la jeune femme consciente de « l’énorme défi qui (l') attend ».

Des suites connectées

L’espace hôtellerie, situé dans l’autre partie du bâtiment, sera géré par Stéphanie Marquez et Nathalie Grynbaum, fondatrices de la société MiHotel. Toutes deux ont fait appel à l’architecte d’intérieur Nathalie Rives pour transformer les lieux en un « concept inédit et dans l’air du temps ». Quinze suites privées de 40 mètres carrés seront « entièrement connectées et digitales », détaille Nathalie Grynbaum. Pas de réception, ni de clé à récupérer, à son arrivée, le client gérera tout de son smartphone ou d’une tablette mise à sa disposition. L’objectif : fidéliser une clientèle avant tout locale.

« C’est important de les faire revenir les Lyonnais dans ce lieu qui leur appartient, d’une certaine manière. Evidemment, nous accueillerons aussi des étrangers, qui représentent déjà 30 % de nos acheteurs à MiHotel », développe-t-elle. Et d’afficher ses ambitions : « Nous voulons aussi attirer une clientèle business, qui cherche désormais à se loger autrement et à vivre une expérience différente, même si elle est là pour travailler ». Les prix varieront de 145 à 350 euros la nuit.

La fin des travaux est envisagée pour le 8 décembre prochain afin de célébrer l’ouverture de l’institution en même temps que l’incontournable fête des Lumières de Lyon. Une cinquantaine d’offres d’emploi seront également à pourvoir.