Lyon: Jimmy Cassar deviendra-t-il le meilleur barman au monde?

CHALLENGE Les 5 et 6 mars, le barman Jimmy Cassar tentera de remporter la Finale Europe Sud du concours Bacardi Legacy Cocktail...

Dylan Munoz

— 

Jimmy Cassar, barman à Lyon.
Jimmy Cassar, barman à Lyon. — Bacardi
  • Jimmy Cassar, barman lyonnais de 25 ans, tentera de remporter début mars la finale Europe Sud du concours Bacardi Legacy Cocktail afin de se qualifier pour la finale mondiale organisée à Mexico.
  • Pour séduire le jury, il a concocté un cocktail inspiré de ses racines familiales.

 

Jimmy Cassar a créé son dernier cocktail en puisant dans son histoire personnelle et ses racines familiales. À 25 ans, ce barman lyonnais tentera de remporter la finale Europe Sud du concours Bacardi legacy à Rome, les 5 et 6 mars prochain. Une victoire qui lui permettrait de décrocher son billet pour la finale mondiale à Mexico (25 avril au 2 mai) et de porter haut les couleurs de la France. Car l’amoureux du rhum, qui a « plus de 50 bouteilles différentes » chez lui, veut devenir une référence dans son domaine.

« Je veux que les gens se battent pour regarder »

« J’ai sept minutes pour présenter le cocktail que j’ai créé. Je devrai ensuite expliquer tout ce que j’ai mis en place pour faire connaître au public mon breuvage. Tout ça en anglais », explique-t-il. Pour remporter la finale, sa boisson devra ensuite faire l’unanimité auprès du jury.

>> A lire aussi : Matthieu Henry en lice pour devenir le meilleur barman au monde

Ce tatoué, responsable du bar l’Aloha à Lyon, participera à sa deuxième finale Europe Sud, après une deuxième place glanée en 2017. Pour l’emporter cette fois-ci, il devra finir premier de la compétition et surtout se défaire des deux autres concurrents français Mathieu Pulta et Nicolas Goradesky.

Pour parfaire son expérience, Jimmy Cassar a travaillé dans de nombreux bars dont celui de la Cour des Loges et le Monckey Club. Ces lieux qu’ils fréquentent au quotidien l’ont amené à écrire la recette de l’Aristocrate, un cocktail à « l’équilibre parfait », dit-il, à base de champagne, de rhum carta oro, jus de citron, vanille et sel de truffe.

Un véritable show derrière le bar

« J’ai pris des personnes au hasard dans la rue, dans les bars et je leur ai fait goûter ce que je faisais. Le but est de plaire à un maximum de gens. […] Je ne l’ai pas fait tout seul, je me suis nourri de ce que les autres m’apportaient. » Pour séduire, l’ancien danseur professionnel du groupe Ultimate mise aussi sur son penchant pour le Flair Batender (jonglerie avec bouteilles). Jimmy a développé sa propre technique qu’il juge essentiel au show qu’il instaure derrière son comptoir. « Je veux que les gens se battent pour regarder. Que le bar soit vraiment un lieu d’échange. »

>> A lire aussi: Marre des cocktails ratés ? Le chef barman du Majestic vous livre ses secrets

Son cocktail l’Aristocrate, s’inspire des années de prohibition début du XXe siècle. Celui qui a été élu meilleur apprenti de France mention bar en 2014 explique sa relation commune avec Bacardi. « Dans les années 1960, l’entreprise Bacardi s’est fait virer de Cuba par Fidel Castro alors qu’elle y avait tout construit. Elle s’est alors réfugiée à Porto Rico et a tout reconstruit ». Un parallèle qu’il fait avec sa famille.

Un cocktail au goût d’histoire et de voyage

« Mes grands-parents travaillaient la vanille à Madagascar », raconte-il.
Nous sommes en juin 1960 à Madagascar, l’année de l’indépendance du pays. Un moment important qui sera accompagné d’un ultimatum qui changera la destinée de sa famille. « Mes grands-parents avaient le choix entre rester à Madagascar et perdre la nationalité française ou partir en France et devenir uniquement français. Ils ont choisi de s’installer en France, pour que ma mère garde la nationalité française », poursuit-il.

Ils ont donc atterri à Lyon, ville dont il s’inspire pour ses créations. D’origine tahitienne du côté de son père, il a fait de cette diversité culturelle, une arme. Aujourd’hui, Jimmy a refusé de nombreux projets pour rester à Lyon et « continué d’apprendre dans sa ville ». Avec cette petite pression supplémentaire aujourd'hui: les deux derniers représentants de la France au championnat du monde de cocktail étaient tous..Lyonnais !