Des étudiants imaginent un métro ultrarapide Lyon-Saint-Etienne

F. C. - ©2008 20 minutes

— 

Relier Lyon à Saint-Etienne en onze minutes seulement ? C'est possible d'ici à 2020, à en croire les élèves ingénieurs de l'Ecole nationale des travaux publics d'Etat de Vaulx-en-Velin. Une dizaine d'entre eux a présenté hier un projet de liaison souterraine entre les deux agglomérations, utilisant la technologie suisse de trains à sustentation magnétique dans un tube sans air. « Cela évite tout frottement et les rames peuvent circuler jusqu'à 500 km/h », avancent-ils. Ce projet de fin d'études, « qui n'a pas pour objet de convaincre les décideurs politiques », consiste à relier les gares de la Part-Dieu et Châteaucreux grâce à deux tubes de 54 km percés sous la montagne.

Baptisée Lysette (Lyon-Saint-Etienne-Transport-Express), la navette coûterait 12 euros pour un aller simple. Problème : cette technologie n'a toujours pas été testée en Suisse. Et les étudiants se montrent optimistes en chiffrant ce projet à seulement 2 milliards d'euros.