Disparition de Maëlys : Des plans d’eau sondés ce jeudi, la commune du suspect passée au peigne fin

ENQUÊTE Les eaux des lacs du camping de Belmont-Tramonet, près de Pont-de-Beauvoisin, vont être fouillées…

E.F.
— 
Dans le cadre des recherches, les gendarmes ont sondé  le lac d'Aiguebelette pour retrouver la petite Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD
Dans le cadre des recherches, les gendarmes ont sondé le lac d'Aiguebelette pour retrouver la petite Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août. AFP PHOTO / JEFF PACHOUD — AFP

Plus d’un mois après la disparition de Maëlys, les recherches ont repris cette semaine en Isère. Lundi et mercredi, des investigations ont été menées sur le terrain pour tenter une nouvelle fois de retrouver cette enfant de 8 ans, disparue dans la nuit du 26 au 27 août à Pont-de-Beauvoisin.

Selon Le Dauphiné Libéré, à la demande de la cellule d’enquête mobilisée sur cette affaire, une équipe cynophile et une brigade mobile ont notamment passé au peigne fin le 4 octobre la commune de Domessin, où est domicilié le principal suspect Nordhal Lelandais.

Ce jeudi, de nouveaux plans d’eau devraient être sondés. Les recherches devraient se concentrer, selon le quotidien régional, dans les trois lacs du camping de Belmont-Tramonet, situé à cinq kilomètres de Pont-de-Beauvoisin, où la fillette a été vue pour la dernière fois la nuit de sa disparition.

La mère du suspect rend visite à son fils

Mercredi matin, l’ex-militaire de 34 ans, mis en examen dans le cadre de cette enquête pour «enlèvement et séquestration», a pra ailleurs reçu la visite de sa mère au parloir de la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), où il est placé à l’isolement.

La semaine passée, suite à la déclaration des parents de Maëlys, appelant le suspect à dire tout ce qu’il savait, la mère de Nordhal Lelandais avait déclaré: «Dès que je pourrai aller voir mon fils en prison, je vais lui parler et lui dire, "si tu as vu quelque chose, il faut le dire". Et s’il me lâche quelque chose, j’en ferai part, c’est sûr.»