Lyon: Comment certains supporters de l'OL, «nostalgiques de Gerland», s'intéressent au LOU Rugby

RUGBY Des dizaines d’abonnés de l’OL reviennent depuis quelques mois dans leur stade fétiche, désormais occupé par le LOU en Top 14…

Jérémy Laugier

— 

Le LOU a débuté sa saison de Top 14 contre Brive, le 2 septembre au Matmut Stadium de Gerland.
Le LOU a débuté sa saison de Top 14 contre Brive, le 2 septembre au Matmut Stadium de Gerland. — MarcGalaor/LOU Rugby
  • Actuel troisième du Top 14, le LOU s’appuie sur une belle ferveur (environ 13.000 spectateurs) dans son Matmut Stadium de Gerland.
  • Parmi son nouveau public, on retrouve plusieurs dizaines de supporters de l’OL venus avant tout pour retrouver leur stade historique de Gerland, délaissé en décembre 2015.

Lorsqu’on interroge Jean-Pierre, fidèle abonné du virage nord à l’OL, sur l’affiche du Top 14 qu’il était venu voir le 2 septembre, il ne s’en souvient déjà plus. « Honnêtement, je ne m’intéresse pas vraiment au rugby, reconnaît ce supporter de 32 ans. Je regarde vaguement les résultats du LOU mais ça s’arrête là. J’avais surtout envie de retrouver mon stade. »

En raison de son arrivée à Gerland en janvier, et plus encore depuis l’inauguration de son Matmut Stadium new-look le 2 septembre contre Brive, le club lyonnais voit débarquer un nouveau public. A savoir plusieurs dizaines d’amateurs de football en manque de cette enceinte qui a été celle de l’OL durant 65 ans.

>> A lire aussi : Top 14: Le LOU Rugby a-t-il raison de quitter Vénissieux pour rejoindre Gerland?

« Avec la culture foot, ça n’aurait pas du tout été possible »

« J’ai ressenti un peu de nostalgie il y a quelques mois et j’ai eu besoin de revoir Gerland, explique Rodolphe, un habitué du virage sud à Décines. Ça restera le stade de l’OL mais ça m’a fait plaisir d’y voir des gens boire leur bière derrière la main courante. » Via sa proximité avec la pelouse, sa bodega et surtout sa brasserie ouverte plusieurs heures après la fin des matchs, le Matmut Stadium fait plutôt l’unanimité auprès des amateurs de ballon rond.

« Des amis ont même préféré boire des coups plutôt que de se rapprocher du terrain pour voir le match du LOU, sourit Jean-Pierre. Ça aurait été fantastique d’avoir tout ça à l’époque mais on sait très bien qu’avec la culture foot, ça n’aurait pas du tout été possible. »

« Il y a de la vie dans ce stade »

Et si cette fameuse troisième mi-temps propre à l’ovalie permettait au LOU d’augmenter encore son affluence actuelle d’environ 13.000 spectateurs (contre moins de 10.000 à Vénissieux) ? « Il y a de la vie dans ce stade et voir cette équipe [3e du Top 14] obtenir de bons résultats pourrait décupler la curiosité des amateurs de foot », suggère Jean-Baptiste, abonné à l’OL… mais aussi au LOU.

« C’était l’un des enjeux de notre déménagement à Gerland, reconnaît Yann Roubert, président d’un LOU qui accueille Castres dimanche (12h30). On souhaite préserver l’histoire de ce stade et on se réjouit d’accueillir des supporters de l’OL. » Un enthousiasme partagé. « Je suis ravi de voir Gerland revivre car je craignais de le voir mourir comme certains anciens stades de Ligue 1 ou de Ligue 2, confie Cyril, un autre abonné du virage nord très attaché au quartier. J’adore le revoir illuminé de chez moi. »