Pro A: «J’aurai beaucoup de liberté dans le jeu avec l’Asvel», assure la recrue américaine John Roberson

BASKET Souvent impressionnant la saison passée avec Chalon-sur-Saône, le meneur de jeu va vivre son premier match officiel avec Villeurbanne, ce dimanche (18h30) contre Limoges...

Jérémy Laugier

— 

John Roberson, ici lors d'un entraînement de l'Asvel à l'Astroballe le 31 août.
John Roberson, ici lors d'un entraînement de l'Asvel à l'Astroballe le 31 août. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Auteur de 16,1 points et 7 passes décisives de moyenne la saison passée, John Roberson est l’une des recrues majeures de l’été villeurbannais.
  • Celui-ci rencontrera Limoges ce dimanche (18h30) à l’Astroballe, à l’occasion de la première journée de Pro A.

Les Villeurbannais n’ont pas oublié le carnage que John Roberson avait réalisé face à eux, le 10 décembre 2016. Avec 42 d’évaluation, 34 points et un insolent 7/10 à trois points, l’ancien meneur de jeu de l’Elan Chalon, champion de France en juin, avait livré un drôle de numéro de soliste ce soir-là au Colisée (98-68).

C’est cette créativité que le funambule américain va tenter d’apporter dès son premier match officiel avec l’Asvel, ce dimanche (18h30) contre Limoges. « Le coach (JD Jackson) me demande de rester moi-même. Je pense que j’aurai beaucoup de liberté dans le jeu ici aussi », confie le joueur de 28 ans, passé par la Slovénie, la Suisse, la Suède et la Hongrie.

>> A lire aussi : Pro A: Comment l'Asvel a tenu à «ne pas miser que sur le talent» dans son recrutement

« Parfois avec Chalon, mon corps ne suivait plus »

Au vu du pléthorique effectif construit par Tony Parker, nul doute que son rôle sera tout de même moindre par rapport à sa saison référence en Bourgogne (16,1 points et 7 passes décisives de moyenne). « Nous avons de nombreuses armes offensives dans l’équipe et c’est la clé pour lutter au plus haut niveau, précise John Roberson. Parfois avec Chalon-sur-Saône, mon corps ne suivait plus. A l’Asvel, les temps de jeu seront mieux répartis. »

Une situation qui rappelle étrangement la répartition des rôles dans le Monaco régnant sur la Pro A durant toute la saison régulière en 2016-17 (seulement 4 défaites avant une élimination dès les quarts de finale des play-offs… par l’Asvel). « C’est une bonne comparaison », approuve avec le sourire John Roberson, qui reconnaît « rêver d’Euroligue » à moyen terme.