Lyon: Comment des virus présents dans les égouts soignent des infections bactériennes

SANTÉ Deux patients des Hospices civils de Lyon ont été traités grâce à ces bactériophages fabriqués en France. Une première…

Elisa Frisullo

— 

Illustration d'un laboratoire de recherche.
Illustration d'un laboratoire de recherche. — A. GELEBART / 20 MINUTES
  • Les phages sont des virus qui tuent les bactéries résistantes et permettent ainsi de terrasser les infections les plus gravissimes.
  • A Lyon, deux patients ont bénéficié de ce traitement « de sauvetage » pour des infections résistantes aux antibiotiques.
  • La phagothérapie ne bénéficie pour l’heure que d’autorisations temporaires et devra faire l’objet de plusieurs essais cliniques avant d’être plus largement utilisée.

Des virus grouillant dans les égouts qui pourraient bien révolutionner le traitement de certaines infections gravissimes. Les Hospices civils de Lyon ont présenté ce mercredi un traitement inédit dont ont récemment bénéficié deux patients atteints d’infections bactériennes sévères. Ils ont notamment été soignés avec des bactériophages, des virus mangeurs de bactéries, fabriqués en France et administrés à l’hôpital de la Croix-Rousse. Une première en France. 20 Minutes vous explique en quoi consiste ce médicament « vivant » prometteur mais encore non autorisé sur le marché.

  • Qu’est ce que les bactériophages ?

Les phages ou bactériophages sont des virus prédateurs de bactéries présents dans des endroits, comme les égouts, où les bactéries évoluent en masse. Ils ont été découverts en 1920 et ont été utilisés pendant plusieurs années puis ont disparu dans la majeure partie des pays occidentaux au moment de l’arrivée sur le marché des antibiotiques. Les phages sont aujourd’hui toujours largement utilisés dans certains pays de l’Est (Pologne, Géorgie) pour soigner des infections et éviter des amputations, mais selon un procédé de fabrication peu contrôlé.

En France, la phagothérapie constitue un enjeu important, notamment dans le traitement des infections bactériennes devenues résistantes aux antibiotiques. Mais ce médicament ne bénéficie pas d’autorisation de mise sur le marché. Pour traiter ses deux patients, le Centre de référence des infections ostéo articulaires complexes de la Croix-Rousse a bénéficié d’une autorisation temporaire d’utilisation délivrée par les autorités.

>> A lire aussi : Un antibiotique efficace contre des bactéries résistantes découvert

  • Comment sont fabriqués ces bactériophages ?

En France, une société - Pherecydes Pharma - produit des bactériophages dans le cadre de recherches de traitements innovants des infections bactériennes multirésistantes. « Nous travaillons à partir de l’eau d’égout dans laquelle nous cherchons des bactériophages. On sélectionne les meilleurs puis nous les cultivons. Nous produisons aujourd’hui des phages de très bonne qualité », explique Guy-Charles Fanneau de La Horie, président du directoire de Pherecydes Pharma.

Le traitement par phage est ultra-ciblé et personnalisé. Chaque cocktail de bactériophage est fabriqué pour tuer la bactérie responsable de l’infection de chaque patient. « Le gros avantage par rapport aux antibiotiques, c’est que l’on n’a pas besoin de renouveler l’application, indique Tristan Ferry, médecin au Centre de référence de la Croix-Rousse. Une seule suffit, en complément d’un traitement chirurgical et d’un traitement antibiotique, à détruire les bactéries ».

Lyon, le 20 septembre 2017. Deux patients des HCL, atteints de sévères infections bactériennes, ont récemment été traités grâce à des bactériophages. Ces virus tueurs de bactéries sont notamment présents dans les égouts.
Lyon, le 20 septembre 2017. Deux patients des HCL, atteints de sévères infections bactériennes, ont récemment été traités grâce à des bactériophages. Ces virus tueurs de bactéries sont notamment présents dans les égouts. - E. Frisullo / 20 Minutes

 

  • Comment les patients ont-ils été soignés avec la phagothérapie ?

Deux malades dans une situation presque désespérée ont bénéficié de ce « traitement de sauvetage » en début d’année. La phagothérapie a été utilisée sur un homme atteint d’un cancer du poumon qui souffrait d’une infection osseuse et sur une dame de 80 ans, dont la prothèse de hanche était infectée. « Les antibiotiques n’étaient pas efficaces », précise Tristan Ferry.

Dans ces deux cas, les médecins ont isolé la souche bactérienne à l’origine de l’infection. Pherecydes Pharma a ensuite sélectionné, dans sa collection, les phages adaptés pour tuer la bactérie. La pharmacie de l’hôpital de la Croix-Rousse a ensuite préparé le médicament qui a été administré aux patients en complément d’un acte chirurgical et d’un traitement antibiotiques. L’infection des deux patients a été rapidement maîtrisée et les plaies ont cicatrisé. « Malheureusement, le premier patient, dont le cancer a évolué, est décédé. Notre patiente remarche alors qu’elle était condamnée à enlever sa prothèse et à être grabataire », ajoute Tristan Ferry.

>> A lire aussi : Superbactéries: Comment lutter contre la résistance aux antibiotiques?

  • Quand ce traitement pourra-t-il être plus largement utilisé ?

Plusieurs années vont s’écouler avant que la phagothérapie ne soit mise sur le marché et bénéficie à un plus grand nombre de patients. Des études cliniques devront être menées d’ici là pour prouver l’efficacité du traitement et sa non-toxicité sur les patients. Une étude a été menée en 2016 par Pherecydes Pharma sur des infections liées à de sévères brûlures. Les résultats de cet essai devraient être connus prochainement. D’autres études sont prévues dans les prochaines années. En parallèle, des patients devraient pouvoir bénéficier de ce traitement, à titre exceptionnel, avec l’autorisation temporaire des autorités.

« Je pense que ce traitement va se développer notamment pour les infections multibactériennes résistantes aux antibiotiques et les infections osseuses plus compliquées comme les infections de prothèses », estime le Professeur Ferry.