Concert: La Rue Kétanou n’aurait «jamais imaginé faire bouger les gens dans tous les sens»

MUSIQUE L’accordéoniste de l’emblématique groupe de chanson française (plus ou moins) festive s’est confié à « 20 Minutes » avant le concert au Transbordeur le 29 septembre…

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

La Rue Kétanou, ici lors d'un concert pour les 15 ans du groupe en janvier 2015 à l'Olympia.
La Rue Kétanou, ici lors d'un concert pour les 15 ans du groupe en janvier 2015 à l'Olympia. — EDMOND SADAKA/SIPA
  • La Rue Kétanou est programmée au Transbordeur de Villeurbanne le 29 septembre.
  • Dix-sept ans après un premier album très remarqué, l’un des membres du trio, Florent Vintrigner revient sur cette aventure pour 20 Minutes, et notamment sur l’apport de son accordéon.

Depuis la sortie d’En attendant les caravanes il y a 17 ans, La Rue Kétanou s’est surtout construit une belle réputation sur scène. Florent Vintrigner, l’accordéoniste du trio, se confie à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Les cinq concerts qui vont adoucir votre rentrée à Lyon

Vous revoilà en tournée. Cela signifie-t-il la sortie d’un nouvel album très bientôt ?

Un album est bien prévu… mais pour 2020, avec un enregistrement en 2019. Nous sommes toujours sur plusieurs projets en parallèle de La Rue Kétanou. Nous intégrons déjà sur scène quatre nouveaux titres. Cette tournée nous permet d’amener d’autres couleurs musicales, d’autant que Pierre Luquet (Les Becs Bien Zen) nous a rejoints.

Votre accordéon a-t-il eu un rôle majeur dès les débuts de votre aventure ?

Oui, on jouait au départ sans micro dans la rue et on a vite pu remarquer que ça envoyait pas mal grâce au son de l’accordéon.

Comment le définiriez-vous ?

C’est un instrument assez complet que j’ai apprécié grâce à Piaf et Brel avant de m’intéresser à un apport plus rock avec Les Négresses Vertes. Il a toujours une part de nostalgie tout en étant rassembleur.

Pensiez-vous que des titres comme La Fiancée de l’eau et Les Hommes que j’aime connaîtraient un tel succès ?

Non, c’est au-delà de nos attentes. Jamais on aurait imaginé faire bouger les gens dans tous les sens uniquement avec deux guitares acoustiques et un accordéon. Les gens s’accaparent parfois nos chansons. Peut-être car notre écriture est très ouverte.

24 ou 26 euros. A 20 heures le 29 septembre au Transbordeur (Villeurbanne), avec Télégram et Sarah Mikovski. Réservations ici.