Une enquête ouverte en Savoie après la mort de quatre ânes abattus par un chasseur

ENQUÊTE Le troupeau de la société Arpi'âne, en Savoie, a été décimé...

Elisa Frisullo

— 

Gros plan sur un âne
Gros plan sur un âne — JAUBERT/SIPA

Elle a porté plainte en espérant comprendre comment une telle « barbarie » a pu avoir lieu. Lundi, Sandrine Lassiaille, gérante d’Arpi’âne, une société de location d’ânes pour balades et randonnées située à Arith dans le massif des Bauges (Savoie), a saisi les services de gendarmerie après que quatre de ses cinq ânes ont été abattus dimanche.

Selon la propriétaire des bêtes, Fanfan, Ulule, Moustique et Mistral sortaient d’un abri boisé lorsqu’un chasseur, placé au-dessus du pré, leur aurait tiré dessus à plusieurs reprises. Deux ânes sont morts sur le coup et deux autres, très grièvement blessés, ont dû être euthanasiés.

>> A lire aussi : Savoie : Quatre ânes de randonnée tués par balle dans le massif des Bauges

L'activité de locations d'ânes en suspens

Un accident ? Un acte délibéré ? Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de ce drame et comprendre comment l’auteur présumé des coups de feu - un Suisse venu chasser avec l’association de chasse du secteur- a pu confondre le troupeau avec d’autres gibiers.

« J’ai porté plainte, afin de pouvoir comprendre, afin que justice soit faite, et enfin, afin que de telles atrocités ne se reproduisent plus jamais », ajoute Sandrine Lassiaille, qui est contrainte, pour l’heure, de mettre un terme à son activité de locations d’ânes.

>> A lire aussi : Côte d'Azur: Il croit tirer sur un loup, un chasseur abat la chienne de deux randonneurs

« J’en suis d’autant plus bouleversée que la saison estivale qui vient de s’achever a été très bonne. Contrainte de refuser des randonneurs par manque d’ânes disponibles, j’avais commencé à chercher de jeunes recrues, afin de les former avec mes ânes expérimentés. Ces derniers sont tous morts... », conclut la propriétaire du troupeau.