Lyon: A quoi va ressembler le nouveau Vélo'V?

MODES DOUX Des vélos à impulsion électrique vont débarquer en 2020, les tarifs vont augmenter dès janvier…

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 18 septembre 2017. La métropole de Lyon a dévoilé les futurs Vélo'V qui seront mis en circulation en juin 2018.
Lyon, le 18 septembre 2017. La métropole de Lyon a dévoilé les futurs Vélo'V qui seront mis en circulation en juin 2018. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • JC Decaux, qui a remporté le nouveau marché du mobilier urbain et des services de mobilité, va continuer de gérer le service Vélo’V pendant quinze ans.
  • Dans le cadre du marché, la totalité des Vélo’V va être renouvelée en juin 2018 et les tarifs vont augmenter dès janvier 2018.
  • En 2020, la moitié du parc pourra fonctionner avec une assistance électrique

Des vélos modernisés, de nouvelles fonctionnalités et des tarifs en hausse. La métropole de Lyon a dévoilé ce lundi le futur visage des Vélo’V, qui continueront d’être gérés par JC Decaux. Seul candidat à avoir répondu à l’un appel d’offres lancé par le Grand Lyon, le groupe a sans surprise remporté le marché du mobilier urbain et des services de mobilités prévu pour les quinze prochaines années. 20 Minutes vous explique tout ce qu’il faut retenir des nouveautés annoncées pour le service Vélo’V.

  • Un nouveau modèle dès l’été prochain

Dans la nuit du 1er juin 2018, les 4.000 Vélo’V actuellement en circulation seront changés. Les nouvelles bicyclettes grises et rouges seront plus légères (2.3 kilos de moins) et seront dotées, sur le guidon, d’un support smartphone, permettant de suivre plus facilement un guidage d’itinéraires. Pour prendre son Vélo’V, il ne sera plus nécessaire de faire la queue à la borne des stations. « Il suffira de poser sa carte d’abonnement ou son ticket sur le guidon, doté d’un système sans contact, pour débloquer le vélo de son choix », précise Gérard Claisse, vice-président de la métropole en charge des marchés publics.

>> A lire aussi : Lyon: 10 ans de Vélo'v, le bilan en quatre points

Un système de verrouillage électronique permettra également de laisser son Vélo’V stationné le temps de faire une course sans avoir besoin de l’attacher avec un câble. A terme, ce système devrait également offrir la possibilité de déposer son Vélo’V en dehors des stations lorsque celles-ci sont pleines. Les vélos devront être garés à proximité et seront dès lors repérés par le service Vélo’V comme s’ils étaient stationnés en station.

Mille Vélo’V en plus d’ici à 2020 et de nouvelles communes équipées

Dès 2019 et jusqu’à fin 2020, JC Decaux s’est engagé à mettre en circulation un millier de Vélo’V en plus, soit 25 % de deux-roues supplémentaires. Quatre-vingts nouvelles stations et 2500 nouveaux points d’accroche doivent également être aménagés à Lyon et Villeurbanne, mais pas seulement. Des communes de la première couronne, dont la liste n’a pas encore été dévoilée, devraient voir débarquer les Vélo’V dans les prochaines années.

  • Des Vélo’V hybrides en 2020

C’est la grande nouveauté. En 2020, le Grand Lyon deviendra la première métropole à être dotée de vélos mécaniques pouvant se transformer en vélos hybrides. Selon la Métropole, 2500 Vélo’V, soit la moitié du parc, seront dotés d’un moteur sur la roue avant et pourront ainsi fonctionner avec une impulsion électrique dès lors que l’usager se sera équipé d’une batterie (louable à l’année moyennant 7 euros par mois). Une bonne nouvelle, pour les habitants des collines de Fourvière et de la Croix-Rousse notamment, même si pour en bénéficier, il faudra encore patienter quelques années.

  • Un service plus cher

Pour bénéficier de ces nouveautés, les usagers devront pour la plupart payer plus cher. Dès le 1er janvier 2018, l’abonnement annuel (55 % des abonnés) passera ainsi de 25 euros à 31 euros par an et l’abonnement jeunes (14-25 ans) de 15 euros à 16.5 euros. La carte jour enregistra une forte hausse et passera de 1.5 euro aujourd’hui à 4 euros. L’abonnement annuel réservé aux bénéficiaires du RSA ne changera pas et restera à 15 euros.

En réponse aux réactions de certains usagers, qui n’ont pas mis longtemps à réagir ce lundi sur Twitter, le président de la Métropole a quelque peu relativisé ces augmentations. « Pour les abonnés annuels, il s’agit de 50 centimes de plus par mois et de douze centimes de plus par mois pour les jeunes », a précisé David Kimelfeld.

A titre de comparaison, l’abonnement à l’année à Paris revient à 39 euros, à 36 euros à Lille, à 29 euros à Nantes et à 30 euros à Bordeaux. Ces deux villes ne proposent pas de tarification pour les jeunes et l’abonnement social est fixé à 20 euros. A la journée, Lyon est derrière Strasbourg (10 euros/jour), la ville pratiquant le tarif le plus élevé. Les prix pour une location de 24 heures varient de 1 euro (Nice) à 1,70 euro (Paris).