Lyon: Une médecin condamnée à quatre ans de prison pour escroquerie à la sécu

JUSTICE Cette femme de 61 ans, exerçant à Vaulx-en-Velin, a détourné plus de 800 000 euros…

E.F. avec AFP

— 

La praticienne a été condamnée jeudi à Lyon. Illustration
La praticienne a été condamnée jeudi à Lyon. Illustration — E. Frisullo / 20 Minutes

Son arnaque lui avait permis d’investir dans l’acquisition de nombreux logements en France et à l’étranger. Une femme médecin de 61 ans, pratiquant à Vaulx-en-Velin, près de Lyon, a été condamnée à quatre ans de prison ferme pour avoir escroqué la sécurité sociale de plus de 800.000 euros, via des surfacturations.

La peine, prononcée jeudi par le tribunal correctionnel de Lyon, a été assortie du remboursement de la somme indûment perçue à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Rhône, une des parties civiles, et de l’interdiction définitive d’exercer une profession médicale.

>> A lire aussi : Lyon: Une infirmière condamnée à deux ans ferme pour une escroquerie à la sécu de plus d'1 million d'euros

Des tarifs de nuit appliqués en journée

La condamnation s’accompagne de « la saisie des comptes bancaires » du médecin et « d’un immeuble à Vaulx-en-Velin ». Le tribunal n’a en revanche pas prononcé de mandat de dépôt à l’issue de l’audience, selon le tribunal, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès. Cela signifie que la praticienne n’a pas été placée en détention après la décision de justice.

L’escroquerie avait débuté en janvier 2011. Lors de consultations effectuées en journée, le médecin appliquait le tarif de nuit, trois fois plus élevé, et pouvait aussi facturer des actes pour tous les ayants droit d’une carte Vitale. Repérée, la prévenue avait été placée en garde à vue en décembre 2015 avant d’être mise en examen pour escroquerie. Elle avait été placée sous contrôle judiciaire en avril 2016 après cinq mois de détention provisoire.

>> A lire aussi : Toulouse: Un médecin en garde à vue suspecté d’avoir détourné 420.000 euros

Un appartement à Marrakech

Les bénéfices engrangés grâce aux surfacturations lui avaient permis aussi d’investir dans une douzaine de studios locatifs à Lyon et dans les Alpes, ainsi que dans un garage automobile. La généraliste disposait également d’un appartement à Marrakech au Maroc, pays dans lequel elle avait transféré 400.000 euros, selon une source policière.