Lyon-Guingamp: Un succès, un podium mais un OL «en manque de cohésion» et proche du néant

FOOTBALL Les Lyonnais ont battu de manière extrêmement heureuse les Bretons ce dimanche (2-1)...  

Jérémy Laugier

— 

Auteur du but de la victoire sur un exploit personnel, le capitaine Nabil Fekir a été l'une des très rares satisfactions côté lyonnais.
Auteur du but de la victoire sur un exploit personnel, le capitaine Nabil Fekir a été l'une des très rares satisfactions côté lyonnais. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • Après deux nuls consécutifs, l’OL a su l’emporter ce dimanche pour retrouver le podium de la Ligue 1.
  • Oui, mais dans le jeu, il s’agit du pire match de ce début de saison, et Guingamp méritait bien mieux que ce revers (1-2).
  • Hormis les individualités Anthony Lopes, Mariano Diaz et surtout Nabil Fekir, le constat collectif est inquiétant à une semaine d’un déplacement au Parc des Princes.

L’OL a déjà vécu plusieurs petits miracles la saison passée, notamment durant son parcours en Ligue Europa. Mais le succès (2-1), ce dimanche face à Guingamp, est encore plus heureux. Après cinq journées, les Lyonnais retrouvent ainsi le podium de la Ligue 1 mais ils ne le doivent vraiment qu’à la solide prestation d’Anthony Lopes et aux exploits individuels de Mariano Diaz (1-0, 19e) et Nabil Fekir (2-1, 72e).

Pour le reste, le Parc OL a constaté un néant quasi absolu dans le jeu, sifflant même ses joueurs quelques secondes avant l’improbable ouverture du score. « On a manqué de cohésion », reconnaît notamment Nabil Fekir, déjà auteur de son quatrième but cette saison.

>> A lire aussi : Ligue 1: Merci Fékir, merci Lopès... Revivez la victoire de Lyon sur Guingamp (2-1)

Les recrues Bertrand Traoré et Marcelo sont passées à côté

Placée dans une configuration de contres, son équipe n’a rien su maîtriser. « On ne s’attendait pas à ce qu’ils viennent nous chercher aussi haut, avoue Anthony Lopes. Ils nous ont posé énormément de problèmes. L’essentiel est d’avoir pris les trois points. » Rarement ce poncif culte du monde du football n’a à ce point pris tout son sens, au vu des débuts timorés de Christopher Martins-Pereira, de la première sortie en dedans des recrues Bertrand Traoré et Marcelo, et plus globalement de l’absence criante de relation technique.

« Il faut être beaucoup plus justes techniquement et offrir plus de mouvements. Mais je retiens aussi l’esprit de l’équipe. On a beaucoup souffert mais nous avons été solidaires », tente de positiver Bruno Genesio. Cette solidarité sera mise à rude épreuve dans une semaine au Parc des Princes.