VIDEO. Disparition de Maëlys: Le point sur les derniers éléments de l'enquête

ENQUETE Le suspect écroué dimanche, a reconnu que l’enfant était montée dans sa voiture mais nie l’avoir enlevée…

Caroline Girardon

— 

Pont de Beauvoisin, en Isère, le 29 août 2017. Un avis de recherche a été placardé sur la plupart des vitrines des magasins de la commerce où Maëlys, une fillette de 9 ans a disparu dans la nuit du 27 au 28 août dernier.
Pont de Beauvoisin, en Isère, le 29 août 2017. Un avis de recherche a été placardé sur la plupart des vitrines des magasins de la commerce où Maëlys, une fillette de 9 ans a disparu dans la nuit du 27 au 28 août dernier. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • L’enquête sur la disparition de la petite Maëlys lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin, semble progresser à grand pas
  • Le suspect écroué dimanche soir a admis que la fillette était montée dans sa voiture mais nie l’avoir enlevée
  • 20 Minutes fait le point sur les derniers éléments de l’affaire

L’enquête concernant la disparition de la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin (Isère) semble progresser à grande vitesse. Le suspect écroué dimanche soir et placé en détention provisoire, a reconnu selon son avocat, que la fillette de 9 ans était bien montée à bord de son véhicule. Pour autant, il continue de clamer son innocence. 20 Minutes fait le point sur les derniers rebondissements de l’affaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Disparition de Maëlys: «Plus les heures passent, plus on a peur pour cette petite»

Où en est-on de l’enquête ? Un homme de 34 ans, que les enquêteurs avaient déjà interpellé jeudi 31 août avant de le relâcher, a de nouveau été arrêté. L’homme a été écroué dimanche soir et mis en examen pour « enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans ». La fouille méticuleuse de son véhicule et les analyses effectuées par la police technique et scientifique ont permis de trouver une trace ADN de la fillette sur « un élément de commande du tableau de bord » de son Audi A3. Ce qui laisse à penser que l’enfant est bien montée à bord du véhicule, ce qui niait jusque-là le suspect.

Le trentenaire a fini par reconnaître l’évidence. Selon son avocat, il vient d’admettre devant les enquêteurs que Maëlys était bien entrée à l’intérieur de sa voiture, la nuit où elle a disparu. Il a déclaré que la fillette était à ce moment-là accompagnée d’un petit garçon. Les deux enfants auraient ainsi voulu voir si le chien du suspect était dans le coffre et se seraient assis sur la banquette arrière. En attendant, l’homme de 34 ans continue de clamer son innocence et nie l'avoir enlevée.  

>> A lire aussi : VIDEO. disparition de Maëlys: Pourquoi l’alerte enlèvement n’a-t-elle pas été déclenchée?

Que sait-on du suspect ? Il avait été invité à la dernière minute au mariage auquel participaient Maëlys et ses parents. Il fait partie des connaissances du marié et avait été convié par ce dernier. Habitant chez ses parents, il « vit de petits boulots et d’intérim », selon son avocat Me Bernard Méraud mais se trouve actuellement en arrêt maladie.

Selon Le Parisien, l’individu, célibataire, est déjà connu des services de police pour des infractions de droit commun, touchant notamment aux stupéfiants et datant d'il ya une dizaine d'années. Sa mère, interrogée par RTL, s’est refusé à croire en la culpabilité de son fils. « C’est un gentil garçon qui ne ferait de mal à personne. A aucun moment, il ne pourrait faire une chose pareille. Ce n’est pas possible », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'« il (lui avait) juré qu’il n’y était pour rien ».

>> A lire aussi : VIDEO. Disparition de Maëlys: «Il m'a juré qu'il n'y était pour rien», clame la mère du suspect mis en examen

Pourquoi les enquêteurs se sont intéressés au suspect ? Plusieurs éléments troublants ont attiré l’attention des gendarmes, à commencer par l’emploi du temps du suspect le soir de la noce. Ce dernier s’est absenté lors de la soirée à des créneaux horaires coïncidant avec la disparition de la petite fille. Il a expliqué qu’il était allé changer de short, taché de vin, et qu’il avait effectué un aller-retour chez ses parents à Domessin, en Savoie. Ce qu’a confirmé sa famille. Cependant, selon Le Dauphiné Libéré, le short en question n’aurait jamais été retrouvé.

Autre élément : le suspect présentait, lors de sa première interpellation, des traces de griffure sur un bras et à un genou qu’il a justifié en expliquant avoir jardiné au milieu de framboisiers. Il a aussi nettoyé de fond en comble son véhicule le lendemain du mariage afin de le vendre dans la semaine. Si les enquêteurs ont été intrigués par cet élément, l’avocat du suspect a précisé que l’acquéreur était bien réel.

Enfin, le principal suspect a été vu en train de discuter avec Maëlys au cours de la réception, selon plusieurs témoins. Il a reconnu «avoir eu des contacts plus particuliers que d'autres personnes, au cours de cette soirée, avec l'enfant», aux dires de Me Méraud, qui n'a pas développé sur cette question.