VIDÉO. Disparition de Maëlys: Les infos à retenir après la conférence de la procureure de la République

ENQUÊTE La procureure de la République de Bourgoin-Jallieu a tenu une conférence de presse sur l’affaire ce mardi à 14 h 30…

Elisa Frisullo

— 

Maëlys, 9 ans, a disparu dans la nuit de samedi à dimanche, le 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Un appel à témoins a été diffusé par les gendarmes et placardé, notamment, dans les commerces de la commune.
Maëlys, 9 ans, a disparu dans la nuit de samedi à dimanche, le 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin en Isère. Un appel à témoins a été diffusé par les gendarmes et placardé, notamment, dans les commerces de la commune. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Deux jours après la disparition de la fillette de 9 ans à Pont-de-Beauvoisin, aucune piste n’est écartée par les enquêteurs.
  • La nuit de la disparition, deux autres soirées ont eu lieu à proximité de la salle des fêtes où Maëlys assistait à une réception de mariage avec sa famille.

Au surlendemain de la disparition de Maëlys, une fillette de 9 ans, à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, tous les scénarios restent possibles selon les autorités. A 14 h 30 ce mardi, la procureure de Bourgoin-Jallieu, Dietlind Baudoin, a tenu une conférence de presse pour faire le point sur cette affaire qui a donné lieu lundi à l’ouverture d’une enquête pour enlèvement.

Peu d’éléments nouveaux ont été transmis, le parquet préférant ne pas délivrer d’informations trop détaillées pouvant nuire aux investigations en cours ou à l’intimité de la famille de l’enfant. Mais quelques informations ont filtré. 20 Minutes vous détaille ce qu’il faut retenir à l’issue de cette conférence.

>> A lire aussi : VIDEO. Disparition de Maëlys. «Plus les heures passent, plus on a peur pour cette petite»

  • 250 personnes devront être auditionnées

Lorsque la disparition de Maëlys a été signalée aux gendarmes, dimanche à 3 h 57 précisément, la fillette participait à une soirée de mariage avec ses parents, à la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin, une commune de 3 000 habitants. Sur les 180 invités de la réception, « 140 ont déjà été auditionnés », a précisé ce mardi le lieutenant-colonel Plunian, commandant de la section de recherches de Grenoble. Les autres invités vont l’être dans les prochaines heures.

Les forces de l’ordre vont également devoir retrouver et entendre une centaine d’autres personnes qui participaient au même moment à deux autres soirées organisées non loin de la salle polyvalente. L’une de ces soirées a eu lieu dans la salle paroissiale du village, près du site où Maëlys passait la soirée avec ses parents. La seconde s’est déroulée dans un bar de la commune, à 500 mètres de là. Au total, 250 personnes vont devoir être auditionnées par les gendarmes.

Pont-de-Beauvoisin, en Isère, le 29 août 2017. Maëlys, 9 ans, a été vue dimanche vers 3 h du matin dans cette salle des fêtes où elle assistait à un mariage avec ses parents.
Pont-de-Beauvoisin, en Isère, le 29 août 2017. Maëlys, 9 ans, a été vue dimanche vers 3 h du matin dans cette salle des fêtes où elle assistait à un mariage avec ses parents. - E. FRisullo / 20 Minutes
  • La piste criminelle n’est plus écartée, la piste accidentelle toujours d’actualité

Depuis dimanche, une centaine de gendarmes se relaient pour rechercher « nuit et jour » la petite fille, selon la procureure de Bourgoin-Jallieu. « Si on n’écarte pas la thèse accidentelle, au regard du temps écoulé et des moyens vainement employés pour retrouver la petite Maëlys, la piste criminelle n’est à ce stade plus écartée », a indiqué Dietlind Baudoin, qui a ouvert lundi une enquête pour enlèvement.

Les battues, menées par les gendarmes depuis dimanche, se poursuivent sur la commune, et les recherches vont continuer dans les jours à venir dans un périmètre plus élargi. « Tant qu’il y aura un espoir de retrouver Maëlys, il est inconcevable de baisser la garde », a déclaré lors de la conférence de presse le colonel Yves Marzin, commandant du groupement de gendarmerie de l’Isère.

Des plongeurs sont encore mobilisés ce mardi pour sonder les différents points d’eau qui se trouvent près de la salle polyvalente où Maëlys a été vue pour la dernière fois. Dans le Guiers, un petit cours d’eau situé tout près de là, mais également dans les mares et les retenues d’eau alentour. La végétation, particulièrement dense dans ce secteur, est également fouillée de près.

>> A lire aussi : VIDEO. Disparition de Maëlys en Isère. Le parquet ouvre une enquête pour «enlèvement», mais n'exclut pas la piste accidentelle

  • Trois chiens mobilisés pour pister l’odeur de la fillette

Parmi les hypothèses étudiées par les gendarmes, la piste de l’enlèvement est largement explorée. Peu après le signalement de la disparition de Maëlys, trois chiens ont été mobilisés par les gendarmes à Pont-de-Beauvoisin pour pister la trace de la petite fille. Pour aider ces Saint-Hubert à retrouver et suivre l’odeur de la fillette, les forces de l’ordre sont allées récupérer en hélicoptère dans le Jura, où vit la famille de Maëlys, des vêtements de l’enfant. Les trois chiens ont senti l’odeur de la petite fille jusque sur le parking, puis ont perdu sa trace. Cet élément laisse penser que Maëlys pourrait avoir été enlevée à bord d’un véhicule.

  • La salle polyvalente et ses abords passés au crible

Dimanche et lundi, les hommes de la police technique et judiciaire ont passé au crible la salle polyvalente et ses abords. Ce mardi matin, des fouilles ont encore eu lieu, y compris dans la maison du gardien de la salle des fêtes, et une voiture a été saisie, a pu constater ce mardi matin sur place 20 Minutes. « Il s’agit de clôturer toutes les portes. Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives. Toutes les pistes sont explorées, et aucune n’est privilégiée (…) Ce qui compte, c’est d’avoir le maximum de chances de retrouver Maëlys dans les plus brefs délais », a martelé Dietlind Baudoin, refusant de répondre à des questions trop précises portant sur l’enquête ou la soirée de la disparition.