Mont-Blanc: «Très peu de chance de retrouver vivant» l’alpiniste sud-coréen

RECHERCHES L’homme est bloqué depuis dimanche à 4.300m d’altitude…

Mikaël Libert
— 
A cause du vent, l'hélicoptère des secours n'a pas pu récupérer l'alpiniste (illustration).
A cause du vent, l'hélicoptère des secours n'a pas pu récupérer l'alpiniste (illustration). — CYRIL VILLEMAIN / 20 MINUTES

Un alpiniste sud-coréen de 34 ans est bloqué depuis dimanche à 4.300 m d’altitude dans le massif du Mont-Blanc. Il y a « très peu de chance de (le) retrouver vivant » estimaient, mardi, les sauveteurs.

« L’inquiétude est la même depuis le premier jour mais il y a très peu de chances de le retrouver vivant. Cette personne est sous la neige » et donc difficile à repérer, indique le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix en Haute-Savoie.

Pas d’hélicoptère avant jeudi

Les secours n’ont pu intervenir, dans la journée de mardi, en raison de forts vents qui empêchaient le décollage des hélicoptères. De telles bourrasques, avec des vitesses qui étaient comprises mardi entre 100 et 130 km/h, rendent impossible l’envoi d’hélicoptères dans le secteur et d’équipes de secours. Météo France annonce encore des vents forts sur le massif pour mercredi, avec un début d’accalmie pour jeudi et surtout vendredi.

>> A lire aussi : Les décès accidentels s’enchaînent dans le massif du Mont-Blanc

Quant à l’audition du compagnon de cordée de l’alpiniste disparu, un autre ressortissant sud-coréen, âgé de 44 ans, « elle est toujours en cours », ont précisé les gendarmes. Ce premier alpiniste avait été évacué, lundi matin. « Enormément de risques ont été pris pour le récupérer », relève la gendarmerie.

>> A lire aussi : Des restes humains resurgissent du Mont-Blanc

Les deux alpinistes, partis dimanche matin du refuge des Cosmiques à 3.613 mètres d’altitude, se sont retrouvés pris dans le mauvais temps au niveau du col de la Brenva, après avoir gravi 700 mètres de dénivelé. Le secteur de recherches se situe entre le mont Maudit et le col de la Brenva, selon le PGHM.