Isère : Une fillette de 3 ans avale une pile bouton et meurt un an après

FAIT DIVERS Hospitalisée depuis un an, la petite fille est décédée brusquement. Ses parents ont décidé de poursuivre les Hospices civils de Lyon…

Julie Goujon

— 

C'est une pile de ce type que la fillette a avalé (illustration).
C'est une pile de ce type que la fillette a avalé (illustration). — Julie Goujon
  • Dans la nuit du 14 au 15 juillet, la petite Faustine, presque 3 ans, meurt brusquement suite à l’ingestion d’une pile bouton, il y a un an
  • Depuis juillet 2016, la fillette était hospitalisée à cause des dégats que le lithium contenu dans la pile avait provoqués, notamment au niveau de la trachée et de l’oesophage
  • Les parents ont décidé de poursuivre les Hospices civiles de Lyon

Dans la nuit du 14 au 15 juillet dernier, Faustine, petite fille de presque 3 ans, est décédée suite à l’ingestion d’une pile bouton, il y a un an. Ses parents, un couple habitant Pont-de-Chéruy, près de Lyon, ont décidé d’engager des poursuites contre les Hospices civiles lyonnaises, rapporte France Bleu Isère.

Un mauvais diagnostic 

En juillet 2016, la fillette avale une pile bouton, trouvée on ne sait où. Quelques jours après, le 11 juillet 2016, Faustine est emmenée à l’hôpital femme-mère-enfant de Bron, au sud-est de Lyon, à cause de problèmes respiratoires. Après une radio, on lui diagnostique une bronchite.

>> A lire aussi : Bangladesh: Nouvelle vie pour une fillette née avec trois jambes

Deux jours après, alors que la petite fille est de retour à l’hôpital, une pédiatre remarque un corps étranger, grâce à une nouvelle radio. Le lithium présent dans la pile a créé une fistule, « un trou de 3 cm au niveau de l’œsophage et de la trachée […] la salive passait dans les poumons et a fait une pneumopathie à chaque poumon », explique la mère de l’enfant à nos confrères.

Un an d’hospitalisation 

A partir de là, Faustine reste hospitalisée durant un an à l’hôpital. Après 27 interventions chirurgicales et plusieurs comas artificiels, la petite fille est enfin autorisée à rentrer chez elle, toujours sous contrôle médical. Mais, dans la nuit du 14 au 15 juillet, la fillette est morte brutalement. « Elle est partie en dix secondes », assure sa mère.

>> A lire aussi : Lille: Elle avait perdu son bébé à cause d'une erreur médicale en 2011

« J’en veux à la personne qui n’a pas fait attention à la radio et aux urgences », a déclaré la maman à France Bleu. Les parents, qui ont engagé des poursuites contre les Hospices civils de Lyon, attendent les résultats de l’autopsie pour décider s’ils entameront des démarches au tribunal pénal. Une enquête est en cours pour déterminer si une faute médicale a été commise et, auquel cas, en quoi elle a pu jouer un rôle dans la mort de la fillette.