Lyon: Ils ont parcouru toute la région en vélo solaire

CYCLISME Pour sa troisième édition, The Sun Trip a fait le tour d’Auvergne-Rhône-Alpes…

Pierre Cloix

— 

L'arrivée du Sun Trip 2017 sur les berges du Rhône. Lancer le diaporama
L'arrivée du Sun Trip 2017 sur les berges du Rhône. — Pierre Cloix

Mille kilomètres en 15 jours, une trentaine de participants âgés de 21 à 71 ans et un petit coup de pouce : des vélos électriques propulsés à l’énergie solaire. C’est un drôle de cortège que l’on pouvait observer sur les berges du Rhône ce vendredi en fin de matinée.

Des cyclistes terminent leur périple qui les a menés de Clermont-Ferrand à Lyon en passant par Le Puy-en-Velay, Val d’Isère ou encore Lausanne. L’arrivée a des allures de Tour de France, à une exception près : les vélos traînent tous des remorques et sur celles-ci se trouvent des panneaux solaires.

Certains ont utilisés des vélos un peu spéciaux.
Certains ont utilisés des vélos un peu spéciaux. - Pierre Cloix

Accessible à tous

L’idée de parcourir de grandes distances à vélo en s’aidant de l’énergie solaire est celle de Florian Bailly. C’est lui qui a créé The Sun Trip avec la volonté de rendre accessible le voyage à vélo sur de longues distances à des personnes qui ne sont pas nécessairement sportives.

Après deux éditions internationales, la première avait mené les « cyclistes solaires » au Kazakhstan et la seconde en Turquie, Sun Trip s’est recentré sur la région. Pour Florian Bailly, parcourir Auvergne-Rhône-Alpes présentait un double intérêt.

« Cette édition nous a permis de découvrir de superbes paysages, mais c’était aussi pour prouver que le vélo électrique et solaire tenait la route en montagne », déclare-t-il. Mission accomplie pour la trentaine de participants qui ont su venir à bout des dénivelés positifs que présentait le parcours, notamment dans les Alpes.

Partir à l’aventure

Attention, ce n’est pas parce qu’ils ont eu un coup de pouce motorisé que le voyage ne représentait pas un défi. Il suffit de voir la satisfaction sur les visages des cyclistes à l’arrivée pour le comprendre. Tout sourire, ils se prennent dans les bras les uns les autres, quelques « On l’a fait ! » se font même entendre parmi les participants.

Claude, 71 ans, est aux anges. « C’était vraiment un challenge personnel et j’ai réussi. Je n’ai pas l’habitude de faire des choses comme ça et ça aurait été impossible autrement qu’avec le solaire. J’étais totalement autonome et ça m’a beaucoup plu », explique, heureux, le doyen de cette édition.

Même liesse pour Michael et Jean-Louis, qui ne retirent que du positif de cette expérience. « On peut faire 200 kilomètres sans être trop fatigué et on en apprécie d’autant plus le voyage », disent-ils. Le goût de victoire est d’autant plus exacerbé pour Jean-Louis, handicapé des deux bras, qui est allé au bout de l’expérience. Il repart d’ailleurs avec le trophée « défi sportif/motivation ».

Prochaine étape la Chine

« Dans le col du Grand-Saint-Bernard (Suisse) je n’avais plus de batterie et j’ai dû m’arrêter passer la soirée dans un camping. J’ai été accueilli par des Italiens qui m’ont préparé un dîner de roi, avec un immense dessert et même un digestif ! », raconte Claude, le sourire aux lèvres.

Satisfaite de la réussite de cette troisième édition, l’équipe organisatrice prépare désormais son quatrième opus avec un nouveau défi : rallier Lyon à Canton enChine, soit plus de 12.000 kilomètres à travers une dizaine de pays.