Autoroute A45 Lyon-Saint-Etienne: Le monde économique lance un collectif pour mettre la pression sur l'Etat

INFRASTRUCTURES Les différents acteurs économiques de la région Rhône-Alpes entendent mobiliser les entreprises pour faire pression sur la ministre des Transports, qui n’a toujours pas signé le contrat de concession de l’A45…

C.G.
— 
Une autoroute. Illustration.
Une autoroute. Illustration. — PixaBay
  • Les acteurs économiques de la région Rhône-Alpes ont lancé un collectif pour mobiliser les entreprises autour du projet de l’autoroute A45
  • Ils veulent faire pression sur la ministre des Transports pour qu’elle signe le contrat de concession, accordée à Vinci

D’un côté, les « anti » qui ne désarment pas. De l’autre, les « pour », qui durcissent le ton. Le projet d’autoroute A45, qui doit relier Saint-Etienne à Lyon et qui doit désengorger l’actuelle A47, saturée et obsolète, n’a pas fini de diviser.

Les acteurs économiques de la région Rhône-Alpes, favorables à la réalisation de l’autoroute, viennent de lancer un collectif. L’objectif : « Mobiliser très largement, au-delà des chambres de commerces et d’industrie, des syndicats patronaux et des branches professionnelles, les entreprises elles-mêmes, dans cette bataille », indique la CCI Auvergne-Rhône-Alpes.

« Bénéfices indiscutables »

Il s’agit aussi de « durcir le ton pour que la ministre des Transports procède enfin à la signature du contrat avec Vinci », le concessionnaire choisi pour réaliser l’A45. « La procédure est lancée depuis près de 25 ans et la déclaration d’utilité publique est signée depuis près de 10 ans », rappellent-ils. Et d’avancer un « argumentaire inébranlable » : « Les bénéfices sont indiscutables en termes de sécurité, d’exemplarité écologique, de bien-être des riverains, de créations de valeurs induites (100 millions d’euros par an)…»

Les opposants au projet, qui se battent pour la préservation des Coteaux du Lyonnais, où doit passer le tracé, redoutent une catastrophe écologique. Ils dénoncent également le coût de l’opération, plaidant pour la rénovation de l’actuelle A47.