Loire: Des radars mis hors d’usage… pour lutter contre le paquet de cigarettes à 10 euros

FAITS DIVERS Il s'agit d'une initiative nationale menée par les syndicats de buralistes…

P.C
— 
Des paquets de cigarettes et de tabac, illustration
Des paquets de cigarettes et de tabac, illustration — ALLILI MOURAD/SIPA

« Clients spoliés, buraliste menacé ». Dans la nuit de jeudi à vendredi dans la Loire et la Haute-Loire, une dizaine de radars automatiques ont été recouverts de sacs plastiques et habillés de ce slogan. Cette opération, menée par des buralistes à l’échelle nationale, est un moyen pour eux de dénoncer la future augmentation progressive du prix du paquet de cigarettes qui devrait atteindre 10 euros d’ici à 2020.

« Attirer l’attention du gouvernement »

Des radars ont donc été retrouvés couverts de grands sacs plastiques noirs autour du Puy-en-Velay (RN88 et route départementale 589), à Saint-Etienne, dans la plaine du Forez et dans le Roannais.

Interrogé par Le Progrès, Gilles Grangier, président de la Chambre syndicale des buralistes de la Loire, a déclaré que cette action « permet d’attirer l’attention du gouvernement, comme du parlement sur notre refus d’accepter un paquet à 10 euros, alors que 27,1 % du tabac est encore acheté aux frontières, sur internet ou dans la rue  ». Mais aussi, peut-être, de priver l’Etat de quelques rentrées d’argent.