Lyon: La police durcit le ton envers les cyclistes

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Après trois opérations de prévention, les forces de l’ordre vont commencer à verbaliser…

Pierre Cloix

— 

Les policiers Lyonnais, en mission de prévention cours Gambetta à Lyon.
Les policiers Lyonnais, en mission de prévention cours Gambetta à Lyon. — Pierre Cloix
  • Dans le Rhône, six personnes sont mortes à vélo en 2016.
  • La police tient à responsabiliser les cyclistes.

Il est quatorze heures ce jeudi quand le Major de police Léon et son équipe commencent à arrêter des cyclistes cours Gambetta ( Lyon 3ème). Pour la plupart, on peut lire l’étonnement sur leurs visages au moment de poser le pied à terre. Qu’ont-ils fait ?, se demandent-ils.

L’échange est cordial mais toutefois solennel. « Vous savez que vous n’avez pas le droit d’avoir vos écouteurs à vélo ? », questionne l’agent de police. La réponse est non. Verdict : 90 euros d’amende pour une contravention de quatrième classe.

Par chance pour eux, la Police Nationale n’est pas sur place pour verbaliser, en tout cas pas aujourd’hui. L’objectif du jour est la prévention. Chacun repart avec une brochure et est encouragé à prendre le temps de lire celle-ci. Sur ce fascicule se trouvent des chiffres visant à responsabiliser les cyclistes qui ne savent pas nécessairement ce qu’ils encourent pour tel ou tel comportement sur la route.

Entre ignorance et sentiment d’impunité 

Pour le Major de police Albert Léon, cela peut s’expliquer par deux aspects. « Beaucoup de cyclistes n’ont pas conscience du danger. Ils pensent que, du fait de l’utilisation d’un moyen de déplacement propre et du fait qu’ils sont plus vulnérables que les autres usagers de la chaussée, ils n’ont pas de comptes à rendre ». Et pourtant si. A vélo comme en voiture, il y a des règles à respecter.

Vous n’avez par exemple pas le droit de circuler à vélo sur un trottoir, excepté si vous « roulez à la vitesse d’un piéton ». Les écouteurs sont donc également à proscrire et les feux tricolores à respecter (sauf cas particuliers). Depuis peu, les enfants de moins de douze ans ont aussi l’obligation de porter un casque. Pourtant au fur et à mesure de l’opération, peu sont ceux qui savent pourquoi ils sont mis en garde.

>> A lire aussi : Lyon: Le boom des double-sens cyclables

C'est la troisième du genre de la part de la Police Nationale qui mise d’abord sur la prévention et la responsabilisation car, selon le Major de police Léon, les cyclistes sont bien plus fragiles. « Envoiture on a les ceintures de sécurité, les airbags, les carrosseries qui se déforment. En vélo on peut très bien être en short et en t-shirt et là, à tous les coups, ce sera un accident grave », explique ce policier de la brigade à moto de Lyon.

Six morts en 2016

Sur le secteur de la DDSP du Rhône (tous les arrondissements de Lyon plus une quinzaine de communes), un accident mortel a été répertorié en 2015 et près de six en 2016. Un chiffre en augmentation et son lot d’anecdotes lugubres qui vont avec. « Je me souviens quand une fois un cycliste s’est fait faucher par une voiture, comme il n’avait pas de papiers sur lui, impossible de l’identifier, ça nous a pris deux jours avant de pouvoir prévenir la famille », déplore le Major de police.

A partir de la semaine prochaine, la police organisera d’autres opérations comme celle-ci dans toute la zone couverte par la DDSP. Cette fois, les infractions les plus graves seront sanctionnées.