Quand Fenech balance tout sur Fillon, qui a sciemment évincé Juppé afin de rester candidat

RÈGLEMENT DE COMPTE L’ancien député du Rhône sort un livre jeudi, intitulé « Qui imagine le général de Gaulle mis en examen », dans lequel il égratigne ouvertement François Fillon…

C.G.

— 

François Fillon et Alain  Juppé dans les locaux de Deezer à Paris le 19 avril 2017
François Fillon et Alain Juppé dans les locaux de Deezer à Paris le 19 avril 2017 — AP Photo/Christophe Ena
  • Georges Fenech, ancien député LR du Rhône, balance sur François Fillon dans son nouveau livre qui paraîtra jeudi
  • Il affirme qu’il a dupé Alain Juppé pour rester candidat, en utilisant malhonnêtement des propos de Nicolas Sarkozy

Voici venu le temps des règlements de compte. Deux mois à peine après l’élection présidentielle, George Fenech a décidé de tout balancer. Dans un livre à paraître jeudi, intitulé « Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ? », l’ancien député LR du Rhône, s’en prend ouvertement à François Fillon et dénonce les manœuvres mises en place pour rester candidat, malgré sa mise en examen.

Selon le site Atlantico, qui publie des extraits de l’ouvrage, François Fillon se serait surtout payé la tête d’Alain Juppé, afin de le dissuader de prendre le relais et de se présenter à sa place. Il lui aurait alors fait croire que Nicolas Sarkozy était farouchement opposé à cette idée et qu’il continuait de le soutenir malgré le « Pénélope-gate ».

« Sarko s’oppose à ta candidature »

François Fillon aurait bien consulté l’ancien Président de la République le jour de sa mise en examen. Ce dernier lui aurait simplement assuré qu’il ne serait « pas déloyal vis-à-vis de sa décision », assure George Fenech.

>> A lire aussi : Conférence d'Alain Juppé: La charge du maire de Bordeaux contre François Fillon

Des propos qui auraient ensuite été transformés par le Sarthois. Face à Alain Juppé, il aurait ensuite déclaré qu’il était « prêt à se retirer » de la course à la présidentielle mais « Sarko s’oppose à ta candidature », ajoute-t-il avant de conclure : « Je suis le seul à pouvoir empêcher l'explosion du parti ».

Apprenant cela Nicolas Sarkozy serait entré dans une colère folle, toujours selon George Fenech, qui a reçu le soutien de plusieurs Républicains, ravis de ces manœuvres dévoilées au grand jour.