Réclusion à perpétuité requise contre les amants meurtriers

D. D. - ©2008 20 minutes

— 

« C'est un crime crapuleux, prémédité et il n'y a pas de remords. » Christian Roussel, avocat général dans le procès des ex-amants accusés d'avoir assassiné un riche retraité, a requis hier à leur encontre la perpétuité. Il a également souhaité assortir la peine maximale d'une période de sûreté, mais s'en est remis « à la sagesse de la Cour » pour l'évaluer.

Si Jean-Claude Vaze comparaissait devant les assises du Rhône pour assassinat, et Dominique Louis pour complicité, selon l'avocat général le couple a élaboré le guet-apens meurtrier de concert. Leur objectif : vider les comptes de la victime. Pendant les six jours d'audience, la veuve et son ancien amant n'ont eu de cesse de s'accuser mutuellement. François Saint-Pierre, avocat d'un petit et ventru Jean-Claude Vaze offusqué en permanence par l'accusation, a tenté hier de convaincre le jury que son client n'était pas présent lors du drame. Frédéric Doyez, défenseur de la veuve, a quant à lui expliqué qu'elle a été manipulée par son amant pendant plus de vingt ans. La cour doit rendre son verdict aujourd'hui.