Wauquiez promet de construire 400 km de véloroutes en Auvergne Rhône-Alpes

AMENAGEMENTS La région prévoit de développer le réseau cyclable d’ici à 2021…

Pierre Cloix
— 
Laurent Wauquiez lors de la présentation des véloroutes qui seront construites en Auvergne-Rhône-Alpes d'ici 2021
Laurent Wauquiez lors de la présentation des véloroutes qui seront construites en Auvergne-Rhône-Alpes d'ici 2021 — Pierre Cloix

« Faire de la région Auvergne Rhône-Alpes la première région cyclable d’Europe », Ce lundi à l’hôtel de région, Laurent Wauquiez n’a pas caché pas ses ambitions.

Fort d’un environnement doté de « paysages magnifiques », le président LR de la région promet de créer 400 nouveaux kilomètres de pistes praticables à vélo d’ici à la fin de son mandat, en 2021.

40 millions d’euros investis

Pour cela, la région va investir près de 40 millions d’euros. Une somme importante mais le potentiel retour sur investissement est suffisamment convaincant pour envisager ce projet sereinement. Par exemple, la ViaRhôna, qui devrait lier le lac Léman à la mer Méditerranée (815 kilomètres) pourrait rapporter, d’après la région, près de 35 millions d’euros annuels.

Comment espérer retirer une telle somme ? Laurent Wauquiez offre une réponse pragmatique : « Par définition, le touriste à vélo ne peut pas emporter énormément de choses avec lui et il est donc contraint de consommer local ». Le tourisme à vélo, qui croît de 10 % chaque année, rapporte en France près de deux milliards d’euros par an.

Les zones à aménager en priorité

Mais avant de pouvoir profiter de ces hypothétiques retombées financières, il va falloir s’occuper de « points rouges » qui ne sont pour l’instant pas, ou très peu aménagés. Il y en a trois : le sud de Lyon, la portion située au sud deClermont-Ferrand ou encore le col de Tracol. Ce dernier est un exemple typique de bourbier administratif. Il sépare la Loire et la Haute-Loire et donc les anciennes régions Auvergne et Rhône-Alpes. Par le passé, personne n’avait su se mettre d’accord pour aménager l’ancienne voie ferrée qui traverse le col.

Le but affiché de la région est donc de débloquer ces points sensibles et de donner naissance à ces véloroutes. L’investissement de la région ne sera pas seulement financier, Laurent Wauquiez voit davantage le conseil régional comme le « maître d’œuvre » dans la construction de ces voies vertes, de l’Allier à la Haute-Savoie.

>> A lire aussi : Le vélo continue sa progression à Lille (et pourquoi c'est une bonne nouvelle)

Une ambition environnementale

« Verte », la région ne veut d’ailleurs pas que ses véloroutes le soient seulement par l’usage qui en est fait. Elle souhaite utiliser les dernières techniques en termes d’innovations environnementales.

Des idées de revêtement poreux mais surtout de « béton solaire » (qui produit de l’énergie) ont été avancées par le président de région. L’idée semble lui tenir à cœur. Il espère ainsi « construire les voies vertes les plus vertes d’Europe », même si ces nouveaux concepts et techniques ne devraient être testés que sur une portion limitée… à cinq ou dix kilomètres.