Isère: Génération identitaire squatte le toit d’un futur centre pour exilés

FAITS DIVERS Une trentaine de membres du groupuscule d’extrême droite a investi le toit d’un ancien hôtel Formule 1…

M.L.

— 

L'hôtel Formule 1 de Chanas, en Isère.
L'hôtel Formule 1 de Chanas, en Isère. — Google Maps

Tôt, ce samedi matin, une trentaine de membres du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire a investi le toit d’un ancien hôtel à Chanas, en Isère. Selon France Bleu, ils protestent contre la transformation à terme du lieu en centre d’accueil pour les demandeurs d’asile.

Ça n’est pas la première action de ce type à mettre au compte des membres et sympathisants de Génération identitaire qui aiment bien grimper sur les toits pour défendre leurs idées. Cette fois, c’est sur le toit d’un ancien hôtel Formule 1 qui a été racheté par l’Etat via une filiale de la Caisse des dépôts en vue de le transformer en centre d’accueil pour les demandeurs d’asile.

« Stop invasion »

Les manifestants étaient équipés de bombes fumigènes et de banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire « Stop invasion », ou encore « Chanas sans migrants ». D’ailleurs, l’un des protagonistes de l’action a indiqué à France Bleu : « Nous protestons contre le rachat de ces hôtels pour y mettre des migrants ». Une contre-vérité puisqu’il ne s’agit pas de migrants, mais bel et bien de demandeurs d’asile.

Les identitaires sont finalement redescendus sur terre vers 12h30, après avoir obtenu satisfaction ont-ils indiqué au Dauphiné Libéré.

A noter que la branche italienne de ce même mouvement extrémiste avait lancé, courant mai, un appel aux dons afin de financer une campagne de blocage des sauvetages de migrants en Méditerranée. Après de nombreux signalements d’internautes, PayPal, qui gérait la cagnotte en ligne, avait plié et gelé cette dernière.