Lyon: Une semaine de mobilisation contre l'autoroute A45

ECOLOGIE Une marche reliant Saint-Etienne à Lyon et un rassemblement sont prévus cette semaine afin de dénoncer le projet de construction de l’autoroute A45…

Pierre Cloix

— 

Projet autoroute A45 Saint-Etienne-Lyon
Projet autoroute A45 Saint-Etienne-Lyon — Google map
  • Le financement de l’autoroute, reliant Saint-Etienne à Lyon, doit être validé par le conseil d’Etat, qui a examiné le dossier mardi dernier
  • Les opposants au projet sont prêts à former une ZAD si nécessaire

Ils vont parcourir près de 60 kilomètres à pied pour s’exprimer contre le projet d’autoroute A45 reliant Saint-Etienne à Lyon. A partir de mardi 27 juin et jusqu’au 4 juillet, L’assemblée de lutte de Saint-Etienne prendra la route pour montrer que le mécontentement envers ce projet est toujours bien existant. Même si, après des décennies d’attente, l’A45 semble désormais un dossier bien engagé.

Le conseil d’Etat, qui a examiné mardi dernier la question du financement, doit en effet se prononcer dans les prochains jours. Le projet devra ensuite passer par Matignon pour que le Premier ministre Edouard Philippe signe (ou non) le décret de faisabilité. Cette marche est donc un moyen pour les opposants à l’A45 de faire pression sur le gouvernement avant l’annonce de la décision de l’Etat.

Un projet qui date

Les premières études pour cet axe remontent à 1993 tandis que la déclaration « d’intérêt public » prise par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie, date de 2008. Depuis, les opposants à l’A45 n’ont cessé de donner de la voix. Ils craignent une « catastrophe économique et écologique » dans une région où l’agriculture fonctionne bien, notamment avec de la production en circuit court pour alimenter les villes de Lyon et Saint-Etienne. Ces opposants, aujourd’hui réunis sous l’appellation «  No PasarA45 » ont multiplié les manifestations, allant jusqu’à interpeller Nicolas Hulot en 2005. Alors « personnalité écolo », il s’était positionné contre ce projet.

Nicolas Hulot « contre le projet »

Douze ans plus tard, Nicolas Hulot est devenu ministre de l’Environnement. Maxime Combes, militant et porte-parole de la lutte contre l’A45, place de grands espoirs en lui. « Le ministère de l’Environnement et celui des Transports ont bien reçu nos doléances », déclare-t-il à 20 Minutes, estimant que ce dossier est aussi un « écolo crash-test » pour Emmanuel Macron.

« On l’a vu se positionner contre Trump et sa sortie des accords de Paris avec la phrase “Make Our Planet Great Again”. Maintenant, on va voir s’il est capable de “Make France Green Again” [Rendre la France verte à nouveau]. »

>> A lire aussi : «Make our planet great again», après le discours, l'Elysée lance le site Internet

Une possible ZAD ?

Pour l’instant, les manifestations et recours sont restés dans la légalité. « Tant qu’il restera des solutions juridiques et politiques, nous ferons en sorte de les utiliser au maximum », assure le militant. Des propositions alternatives à l’A45 ont d’ailleurs été proposées.

>> A lire aussi : Tout comprendre de l'autoroute A45 en quatre questions

La rénovation de l’actuelle A47, vétuste et dangereuse, serait par exemple moins onéreuse selon les opposants au projet. Dans les faits, tout est encore à mettre en œuvre et Vinci, qui est chargé de construire l’autoroute tant controversée, n’a toujours procédé à aucune expropriation.

Dans le cas contraire, l’opposition pourrait se révéler plus frontale. « Si des agriculteurs, des paysans sont mis à la porte de chez eux, alors oui nous ne reculerons devant rien. Une [ZAD zone à défendre] est une éventualité », affirme Maxime Combes.

« Réinterpeller »

En parallèle de la marche entre Saint-Etienne et Lyon, qui vise à mettre en avant la diversité et les richesses que le territoire peut offrir, un grand rassemblement « festif » sera organisé àSaint-Maurice sur Dargoire (69) les 1er et 2 juillet. Cette réunion des opposants a trois objectifs : « Réinterpeller, discuter et accumuler de nouvelles forces ». Forces qui seront nécessaires si le Conseil d’Etat et le Premier ministre venaient à valider le projet de l’A45.

>> A lire aussi : Les hausses prévues des péages sont excessives, selon le régulateur