Législatives: Ce que vous ne savez pas sur les candidats du Rhône

ELECTIONS A l’approche du premier tour des élections législatives, 20 Minutes vous parle des candidats dans le Rhône, d’une façon un peu moins académique…

Caroline Girardon

— 

Illustration urne et enveloppes. Vote.
Illustration urne et enveloppes. Vote. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES
  • 216 candidats se présentent dimanche dans le Rhône lors du premier tour des élections législatives
  • L’occasion de livrer quelques chiffres sur le scrutin

Le scrutin livrera son verdict le 11 juin. Qui des 216 candidats à se présenter dans le département du Rhône, parviendra à se qualifier pour le second tour des élections législatives ? A moins de quatre jours du premier tour, 20 Minutes vous livre quelques chiffres pour tout savoir des candidats… mais d’une autre manière.

Qui est le benjamin du scrutin ? A 18 ans, Robin Jamon n’avait jamais caressé le rêve de devenir député jusqu’à ce que son professeur d’arts plastiques lui lance un défi : réaliser une performance autour de l’un de ses sept pêchés capitaux. L’envie pour lui. A quelques semaines de passer le bac, le lycéen a déposé sa candidature sans étiquette dans la deuxième circonscription du Rhône, afin de « représenter la jeunesse ». Son credo : « soutenir le socialisme, la protection sociale de nos citoyens tout en empêchant la prolifération des idées fascistes et xénophobes ».

Dans la catégorie « moins de vingt ans », on notera aussi la présence de trois candidats de 19 ans : Quentin Jouan dans la cinquième circonscription ainsi que Dauphine Urvoy et Yusuf Dagli, tous deux engagés dans la onzième circonscription.

Qui est le doyen des élections ?  Yvan Bachaud, 78 ans, en lice dans la onzième circonscription, est le plus âgé des candidats du Rhône. Cet ancien dentiste à la retraite, n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’il est de tous les scrutins depuis 1993. Celui qui aime se définir comme « le candidat des citoyens » ou comme « un gaulliste de gauche », s’était même présenté aux élections présidentielles de 2007 et 2012, militant depuis plus de deux décennies pour le référendum d’initiative citoyenne. A l’époque, il était allé jusqu’à faire la grève de la faim et manifester devant les permanences des députés.

>> A lire aussi : Législatives: Quels sont les enjeux dans le Rhône?

Qui est le plus pugnace ? A 65 ans, Marie-Christine Pernin détient probablement le record de participation aux élections législatives dans le Rhône. Fervente militante de Lutte Ouvrière, elle n’a pas manqué un rendez-vous depuis 1978. En 1968, à 16 ans elle battait déjà le pavé. Depuis, elle n’a eu cesse de continuer la lutte. Laborantine hospitalière, aujourd’hui à la retraite, elle est toujours restée fidèle à la première circonscription. Peu découragée par les scores qu’elle a pu réaliser dans le passé (0,43 % en 2012, 0,83 % en 2007), celle qui avoue être une « révoltée », entend toujours « porter la voix des travailleurs ».

Qui n’a pas envie de lâcher son fauteuil ? Elu depuis 1997 dans la neuvième circonscription (celle du Beaujolais), Bernard Perrut, le maire (LR) de Villefranche, n’a visiblement aucune envie de laisser sa place. A 60 ans, il se présente pour un cinquième mandat consécutif et ne semble guère inquiété par ses adversaires. Le Républicain Philippe Cochet aimerait suivre le même exemple. Le député-maire de Caluire, élu en 2002, vise un quatrième mandat.

Quelle est la circonscription « la plus macho » ? Au regard du nombre de candidates à se présenter en tant que titulaires, on peut assurément répondre qu’il s’agit de la onzième. Trois femmes seulement sont en lice dans ce territoire qui s’étend du Val d’Ozon à Condrieu, contre quatorze hommes.

A l’inverse, les femmes sont largement majoritaires dans la quatrième circonscription. Sur treize candidats, seuls trois sont de sexe masculin.