VIDEOS. Lyon: Cinq choses à savoir sur les Nuits de Fourvière cette année

CULTURE Le festival, qui se déroule jusqu'au 29 juillet, débute ce jeudi soir à Lyon par la venue de -M-...

Caroline Girardon

— 

Des spectateurs sur les gradins du théatre antique de Fourvière de Lyon durant un concert des Nuits de Fourvière. Le 23 juillet 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES
Des spectateurs sur les gradins du théatre antique de Fourvière de Lyon durant un concert des Nuits de Fourvière. Le 23 juillet 2011. CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES
  • Le festival des Nuits de Fourvière, qui dure deux mois, débute ce jeudi soir à Lyon avec la venue de -M-
  • L’occasion de revenir sur l’édition par le biais de quelques anecdotes

C’est l’un des rendez-vous les plus attendus de l’été. Les Nuits de Fourvière, festival éclectique qui se déroule dans le cadre enchanteur du théâtre antique, reprennent du service ce jeudi soir. -M- donnera le coup d’envoi à 21h30 en présentant un spectacle inédit. L’occasion de vous livrer quelques anecdotes autour de l’édition 2017 qui s’achèvera le 29 juillet.

>> A lire aussi : -M-, Imany, Arcade Fire et Biolay aux prochaines Nuits de Fourvière

Quels sont les artistes les plus fidèles, présents cette année ? En tête l’Orchestra Piazzo Vittoria qui revient cette année pour la cinquième fois. Le public les avait découverts en 2009 grâce à leur réinterprétation décalée et cosmopolite de « La Flûte enchantée » avant de tomber sous le charme d’une Carmen très gypsy en 2013.

La troupe, composée d’une trentaine de musiciens de quinze nationalités, ne se lasse pas de la scène du théâtre qu’elle a déjà fréquentée quatre fois en huit ans. Elle viendra présenter sa dernière création : une version très androgyne de « Don Giovanni » dans laquelle le personnage principal sera interprété par une femme, Petra Magoni.

Même nombre de participations pour Benjamin Biolay. A une nuance près. Le chanteur, qui a fait ses études au conservatoire de Lyon, c’est-à-dire à deux cents mètres du théâtre antique, n’a pas toujours occupé le haut de l’affiche. En 2008, lorsqu’il se produit pour la première fois, c’est en première partie de Cat Power. En 2013, il vient pour participer à la soirée de clôture du festival aux côtés d’autres artistes. Enfin, on n’a pas compté l’édition 2014. Si Benjamin Biolay est bel et bien présent à l’affiche cette année-là, c’est uniquement en tant que producteur du spectacle de Vanessa Paradis.

On est toutefois loin du record établi par Sylvie Guilhem qui est venue huit fois à Fourvière. Depuis, la danseuse a raccroché ses chaussons en 2015.

Quels records pour la billetterie ? Quatre spectacles complets dès le premier jour de l’ouverture de la billetterie. Le festival n’avait jamais connu pareille situation. Cette année, les spectateurs se sont rués aux guichets et sur internet. Résultat : les concerts de Julien Doré, Vianney, Arcade Fire et les Insus (qui se produisent deux soirs) ont affiché complet en moins de 24 heures.

Si les places pour Arcade Fire se sont arrachées bien plus rapidement que celles des autres spectacles, en moins de cinq heures, de mémoire d’organisateurs, on n’a pas atteint non plus l’engouement suscité par la venue du groupe Radiohead, l’été 2016.

Quel artiste a répondu le plus vite ? « Mathieu Chedid », répond-on d’emblée du côté de l’organisation. -M-, qui avait joué en 2015 avec sa famille, avait visiblement prévu de revenir depuis un certain temps aux Nuits de Fourvière. Quand la production lui a proposé, il n’a pas hésité une seule seconde, d’autant qu’il était en train de préparer son tout nouveau spectacle Lamomali, qu’il dévoilera ce jeudi soir en avant-première.

Quels sont les artistes qui ont le plus de bagages ? Les membres d’Arcade Fire avaient fait une première apparition enflammée en 2007 aux Nuits de Fourvière. Dire que leur grand retour était attendu, est un euphémisme. Les Canadiens n’ont pas fait les choses à moitié. Partant cet été en tournée européenne, ils ont mobilisé quatre semi-remorques, qu’il faudra bien garer sur la colline.

Quel est le doyen ? Si Calypso Rose, 77 ans, est la doyenne des chanteuses qui se produiront cet été dans le théâtre antique, la palme du doyen revient à Paolo Conte. L’Italien, qui est désormais âgé de 80 ans, affiche toujours la même fougue et aura à cœur de faire danser le public. Quant au plus jeune ? Il s’agit de Vianney, l’une de révélations françaises de l’année, qui a 26 ans.